Avez vous vu vu 'Passengers?', cet excellent film de Morten Tyldum qui sortira en DVD en mai 2017 ? Avez-vous noté comme le thème de l'#hibernation est récurrent dans les salles de science-fiction ? Combien de nos héros se sont allongé dans ces caissons cryogénisés, préambule à toute aventure extra-terrestre digne de ce nom... Comment l'expliquer, sinon par le désir profond, ancré dans la nature humaine de toujours repousser les limites, notamment celles de l'espace et du temps ? L'humain a besoin de nouveaux défis. Rêver d'explorer l'univers ne lui suffit plus ! Il veut de l'action! En théorie, nous connaissons tous les avantages qu' apporteraient l'hyper sommeil pendant un voyage spatial : parcourir des distances insensées à l'échelle d'une vie humaine.

L'hibernation nous fascine

Avec le ralentissement du métabolisme jusqu'à son point le plus extrême tout change : ce qu'un corps vivant réclame, un corps inerte artificiellement ralenti n'en a plus besoin.

Publicité
Publicité

Gain de place, de nourriture, d' oxygène. Pas de problèmes de ravitaillement, de claustrophobie, d'état d'âme,... Pas de vieillissement ! Le temps serait comme suspendu dans un no man's land intersidéral. Dans les films, le voyageur est aussi jeune au départ qu'à l'arrivée et en parfaite santé. Comment est-ce possible ?Justement, cela ne l'est pas ! À quelle limites, la NASA et la science se heurtent-elles encore ? Premièrement, seuls certains animaux sont conçus pour hiberner. Sans eau et sans nourriture les hommes meurent, encore plus si on les refroidit ! Plus sérieusement, il existe des problèmes techniques concrets que connaissent déjà les astronautes : fonte de la masse musculaire, carences alimentaires. Grâce aux progrès de la science certains problèmes sont en voie de résolution tels que la stimulation électrique des muscles où le refroidissement thérapeutique de courte durée qui a déjà permis de sauver des vies .

Publicité

La compréhension des mécanismes de l'hibernation progresse. Mais en admettant que la vitesse de la lumière soit un jour atteinte, de nombreuses questions théoriques restent sans réponse.

Qui peut intervenir en cas de graves défaillances techniques dans l'espace si les responsables sont eux-mêmes plongés en hyper sommeil ?Quel degré de confiance peut on accorder aux machines ?

Comment imaginer qu'un corps humain puisse simplement 'redémarrer' ?

Après tant d'années d'inactivité cérébrale et motrice ! Le voyageur, logiquement, tel un enfant ou un grand malade, devrait plutôt réapprendre à parler et à marcher, non? Quelles seraient les conséquences d'une privation sensorielle et communicationnelle de longue durée? Qu'en serait-il du décalage entre le temps perçu : (celui d'un somme) et le temps réel écoulé ? Le temps réel avec son vieillissement inéluctable ne finirait-il pas par nous rattraper ? Peut-on vraiment échapper aux lois physiques ? Où serions-nous gagnants sur toute la ligne en obtenant un bonus de quelques dizaines d'années ? Car si on suit la logique du film, une fois leur vie accomplie sur leur nouvelle planète, les survivants auront 230 ans au moins (30 ans en montant dans le vaisseau, + 120 années de vol en hyper sommeil + 80 ans de vie...

Publicité

Enfin quand on se penche sur certains cas médicaux comme ces comas où le patient est conscient d'être enfermé dans son corps, on ne peut s'empêcher de songer : '90 ans, c'est long... À quoi pense le dormeur ? Rêve-t-il ? Quel est son niveau de conscience ?' L'hibernation a encore tellement de secrets à nous révéler... Mais son potentiel est si fantastique qu'il n'a certainement pas fini de nous surprendre.Un jour le voyage en caissons existera. Et parmi les lecteurs de cet article, il s'en trouvera peut-être certains chanceux pour vivre l'aventure et témoigner... #science fiction #Cinéma