Alain Defossé a traduit des romans de Sarah Waters, Joseph Connolly, John King et le fameux 'American Psycho', de Bret Easton Ellis. Il est décédé il y a peu, agé seulement de soixante ans le 14 mai 2017. C’est un homme discret qui a consacré sa vie à donner sa voix à des écrivains de langue anglaise. Entre 1990 et 2016, il a traduit pas des romans de John King, Irvine Welsh, Joseph Connolly, Sarah Waters, Alan Hollinghurst, John Sandford etc. En 1991, l'éditeur Salvy publie '#American Psycho' et désigne Alain Defossé. Originaire de Nantes, Alain Defossé était romancier, a travaillé à la radio et était un spécialiste de la littérature anglo-saxonne.

Publicité
Publicité

Son oeuvre la plus célèbre est intitulée: "On ne tue pas les gens" paru en 2012. Alors qu'il regarde l'émission « Faites entrer l'accusé », le narrateur écrivain de son état, tombe sur un reportage qui retrace un crime commis il y a une dizaine d'années par un tenancier de bar où il avait ses habitudes et où il fut présent quelques heures à peine avant le drame. En raison des souvenirs qui fusent, l'imprécision du reportage et un profond malaise qui le ronge depuis cette période, le narrateur décide d'écrire pour soulager sa conscience.

'American Psycho' : un livre culte

Le livre relate la vie de Patrick Bateman en 1987 à New-York. Le protagoniste est un flamboyant golden boy âgé de 26 ans travaillant comme trader à Wall Street. Il fréquente les endroits où il faut se montrer, consommateur quotidien de cocaïne, ne pose jamais de question.

Publicité

Riche et intelligent, il fréquente les lieux les plus hypes et connaît tout le gratin new-yorkais. Mais sous ce verni se cache un psychopathe qui a plusieurs meurtres à son actif. Mais sous ce masque se cache un psychopathe qui a plusieurs meurtres à son actif. Jouant un personnage sans arrêt en public pour cacher sa véritable nature, 'Patrick Bateman' est un tueur en série psychopathe obnubilé par les apparences cherchant à s'intégrer à tout prix et surtout désire être aimé voir adulé par tous. Vêtements haute couture, soins esthétiques, musculation, cabine auto-bronzante, jusqu'à l'obsession d'avoir la carte de visite parfaite censée impressionner ses collaborateurs.

Accro aux drogues dures, à la vodka hors de prix et au sexe, il a régulièrement recouru à des prostitués pour les torturer et les tuer. Souvent comparer à Ted Bundy en raison de son apparence physique très attrayante et sa personnalité qui plait aux gens, 'Patrick Bateman' est également nécrophile tout l'était Ted Bundy. Il conserve des cheveux, des têtes qu'il a décapité dans son réfrigérateur. Durant tout le récit qui a d'ailleurs était à Hollywood avec Christian Bale pour le premier rôle, le personnage de 'Patrick Bateman' a une véritable fascination pour les tueurs en série, citant régulièrement certaines de leurs actions et prenant modèle sur eux en particulier sur Ted Bundy. #Livres #Beauté