Le #Cinéma a souvent inspiré de grands artistes. Mais cela n’a pas toujours été le cas. Et les critiques pleuvent alors, que ces attaques viennent des ‘’professionnels’’ de la critique ou du public… Place maintenant aux #Séries B ou Z (il faudrait parfois inventer une lettre pour certains exemples qui suivent) qui ont parsemé l’histoire du cinéma de science-fiction. Le fantastique et le space opera type ‘’Star Wars [VIDEO]’’ ne se résument en effet pas qu’à des chefs-d’œuvre, même si toutes les bizzareries qui suivent le sont aussi par certains côtés !

Commençons tout de suite avec le célébrissime ‘’Plan 9 from Outer Space’’ d’Ed Wood (1959) qu’on ne présente plus.

Publicité
Publicité

Souvent vu comme ‘’le plus mauvais film de tous les temps’’, cet objet non volant et identifié mérite, malgré tout, mieux que sa réputation. Bien entendu, la vision de ce long-métrage risque de vous faire perdre quelques neurones, mais la poésie absurde de l’ensemble et l’interprétation touchante de Bela Lugosi sauvent ce qui l’être… L'intrigue est assez simple: les étrangers veulent empêcher les humains de créer une arme qui aboutira à la fin du monde, de sorte qu'ils utilisent leur ‘’Plan 9’’ afin de ramener les morts à la vie. Vous voilà prévenu.

Les années 50 furent le théâtre de nombreuses pitreries filmiques, puisque c’est en 1953 que fut réalisé le génial ‘’Robot Monster’’ de Phil Tucker. Le design des costumes du fameux monstre est censé nous faire croire que les machines de destruction intergalactiques ressemblent à des gorilles portant des bocaux à poissons sur la tête.

Publicité

Cela est tout de même plus recherché que les aliens de ‘’Cat-Women of the Moon’’, sorti la même année. Les actrices qui jouent les rôles-titres ne sont même pas déguisées en chats, et ne font qu’imiter gestuellement les félins. ‘’Invasion of the Saucer Men’’ (1957), propose, quant à lui, de nous faire croire que des humanoïdes extraterrestres pas très terrifiants tuent des hommes grâce à l’injection de fortes doses d’alcools… Le résultat donne envie de boire, à l’image de ‘’Queen of Outer Space’’ (1958) d’Edward Berns, ‘’Teenagers from Outer Space’’ de Tom Graeff, ou encore ‘’Santa Claus Conquers the Martians’’ (1964) où le Père Noël rencontre des extraterrestres…

Le pire de la science-fiction : du bis italien à la série Z américaine

Le goût des spectateurs pour la série B ou Z ne faiblit pas durant les années 60, bien au contraire, comme en témoigne l’ultra pop ‘’Barbarella’’ (1968) de Roger Vadim. Le film est maintenant considéré comme kitsch, mais très bizarre et inventif. Jane Fonda y est d'ailleurs filmée comme un objet sexuel, de quoi plaire à beaucoup de spectateurs très attentifs.

Publicité

Ceux-ci devraient également se satisfaire de la plastique de Caroline Munro dans l’extraordinaire ‘’Starcrash’’ de Luigi Cozzi (1978), un genre de ‘’Guerre des étoiles’’ transalpin et fauché qui atteste aussi des talents d’acteurs (!) de David Hasselhof. De quoi atteindre avec le sourire aux lèvres les années 80 et la sortie de ‘’Flash Gordon’’, lui aussi considéré comme un sommet du cinéma qui en deviendrait bon à force d’être mauvais.

C’est aussi le cas de ‘’Galaxina’’ et ‘’Battle Beyond the Stars’’, tous deux sortis en 1980. Ce dernier est produit par la légende Roger Corman et le directeur artistique n’était autre que… James Cameron (‘’Avatar’’), qui a fait du chemin depuis !

La liste est encore longue, et chacun peut y ajouter sa perle… Certains titres sortent malgré tout du lot durant les décennies qui suivent : citons le navrant ‘’Space Mutiny’’ (1988) de David Winters, ''Leprechaun 4 : In Space'' (1997), ''2001 : A Space Travesty'' (2000) avec Leslie Nielsen et Ophélie Winter (!!), ou encore ''Transmorphers'' (2007). Beaucoup considèrent que ‘’Iron Sky’’ (2012) de Timo Vuorensola est également un pur nanar. De nombreux titres hantent en tout cas la mémoire des cinéphiles en quête d'éclats de rires... quel film ajouteriez-vous à cette liste ? #Star Wars