De prime abord, il ne s'agit que d'un vidéaste amateur supplémentaire. Mais le Youtubeur "Maskey", dont la popularité explosa autour de fin 2015 avec une vidéo parodique du rappeur PNL, s'appuie sur un modèle dont la cote ne cesse de grimper : celui du #Rap français. En effet, l'écoute de rap croît de manière quasi-exponentielle chez les générations Z et postérieures. Certes, le rap français ne date pas d'hier : des artistes comme NTM ou MC Solaar jouèrent les précurseurs, avant de voir un ensemble d'artistes moquant le genre leur voler la vedette ; apparaissent alors Fatal Bazooka, Helmut Fritz, ou encore PZK. Et pourtant, depuis quelques années, la mode du rap "sérieux" reprend le dessus.

Publicité
Publicité

Des artistes comme Orelsan, Gringe, et plus récemment PNL, SCH, Bigflo & Oli, Nekfeu, Damso ou même le mal-aimé Jul figurent dans de nombreuses playlists "du moment". Et ainsi naquit Maskey, le Youtubeur exposant sans filtre les "recettes" (titre de son émission récurrente) de ces nouveaux noms.

Le masque de l'échec ...

Dans une interview accordée au magazine OneYard, Maskey explique que l'idée du masque ne servait qu'à couvrir l'éventualité d'un échec. "Le masque c'était si ça ne marche pas, tu supprimes ta vidéo, tu reprends ta vie." Mais celui qui débuta par des Let's Play de divers jeux vidéo ne réalise alors pas l'attention qu'il vient d'attirer sur lui. Il poste le premier épisode de "La Recette", mélange entre un délire avec des potes, une passion pour le rap et une carrière de beatmaker amateur, seulement quelques jours après les attentats du Bataclan.

Publicité

"Je pense vraiment qu’on avait besoin de rigoler à ce moment-là, vraiment", explique-t-il. Une nuit suffit à mettre le pseudo sur toutes les lèvres. Le lendemain, des personnalités connues telles que Moulourd Achour le suivent et des sites comme Booska-P parlent de lui. Dès lors, savoir s'il continue ou pas n'est plus une question qu'il se pose. Et le masque reste, en tant que marque de fabrique.

... et l'échec du masque

Le masque ne voile cependant pas le succès qui se profile à l'horizon pour le Youtuber "du bled". Il enchaîne avec deux "recettes" sur SCH et MHD, puis diversifie en ne se concentrant plus forcément sur un seul artiste mais en pensant de manière plus étendue. En témoignent ses vidéos intitulées "Les rappeuses 2.0" ainsi que "Les trucs insupportables dans le rap" (2 épisodes). Sans pour autant en devenir condescendant. Il pense ainsi que ses chroniques ne feraient pas autant rire s'il n'approchait pas aussi sérieusement le travail qu'il parodiait. De même, si le succès progresse rapidement, Maskey développe son souhait de ne pas inonder sa chaîne de vidéos, en insistant sur la qualité plutôt que la quantité.

Publicité

#Youtube contient tant de vidéos qu'il semble en effet aisé de tomber dans l'oubli. Ce qui démontre une compréhension poussée du système actuel de Youtube, qui a tendance à suivre ce modèle.

Alors, si le rap français vous intéresse, ou si vous voulez juste vous marrez un peu, faites un tour sur la chaîne de l'homme masqué. Vous pouvez également le suivre sur Twitter. Et s'il est vrai que l'on ironise encore un peu souvent sur les Youtubers en les qualifiant de "boloss", souhaitons que la multiplication des chaînes comme celles-ci leur permettent d'améliorer leur image.