Publicité
Publicité

#Marina Kaye se prépare à changer de catégorie. Reconnue du grand public depuis 2015 grâce à son premier album Fearless (300 000 exemplaires), l'interprète d'On my own débarque avec un nouveau projet encore plus personnel. Le titre #Explicit n'est d'ailleurs pas innocent. Filant la métaphore ou employant un registre plus direct, voire acéré, la jeune femme coupe le cordon. "Mes lèvres ne sont plus scellées et ma peau se transforme en acier. La douleur est maintenant partie et je suis allée de l'avant. Tu es mon armure", chante-elle, en anglais, dans Armour.

Marina Kaye se montre ensuite plus agressive dans Vivre aux côtés de #Soprano, qu'elle retrouve un an après Mon Everest. "Avortonne, quand tu me disais : "Abandonne". De toi, je ne veux rien hériter", peste-t-elle.

Publicité

Aujourd'hui, Marina veut s'assumer en tant qu'artiste. Elle qui vient de reconnaître ses difficultés à apprécier son succès, cette semaine sur RTL. D'ailleurs, elle s'en excuse presque dans le planant Merci quand-même. "De mes tourments, j'ai les mains pleines. Mes coups de sang, mes mauvaises gênes", chante-t-elle, en français dans le texte. Une première réussie, d'autant que l'artiste résume, plus ou moins consciemment, l'ensemble de son album au prix de ces deux phrases.

Le clip officiel d'On my own, tourne à près d'1,5 millions de vues.

Docteur Marina vs. Miss Kaye

Mais Explicit, ce n'est pas qu'un simple disque contenant des textes puissants et savamment interprétés ! Il s'agit de la suite des aventures de Marina, une héroïne aux deux visages. Fièrement campée sur ses jambes, la Marseillaise ne masque pas ses tourments.

Publicité

Tantôt rongée par la colère dans On my own, inspiré par une trahison amicale, tantôt affectée par ses relations parfois tumultueuses avec un public toujours exigeant dans Save yourself, la prodige de 19 ans s'exprime sans filtre, mais avec classe.

Puis arrive enfin une lueur d'espoir : "C'est notre heure. C'est l'heure d'aimer, l'heure de briller. C'est mon heure", chante-t-elle avec enthousiasme dans This time is mine. Ce morceau n'est pas inconnu du public, qui l'a découvert lors du premier Olympia de Marina Kaye en avril 2016, puis en tournée. L'artiste avait également dévoilé une version piano-voix, très épurée. Depuis, des arrangements savoureusement rock ont été ajoutés pour faire de ce titre un authentique hymne à la joie. C'est le seul instant de l'album où Miss Kaye devient réellement Docteur Marina.

Something et Vole, les pépites d'Explicit

Si ce titre fédérateur fait partie des pépites de l'album, que dire du dernier single Something, dont le clip a déjà été vu plus de 800 000 fois ? Accompagnée par Mathias Wollo au piano, l'interprète de Freeze you out se met à nu et revient sans détour sur la période glauque qui a suivi le Fearless tour.

Publicité

Un peu à l'image d'une Katy Perry à ses débuts, l'artiste assume ses excès et confie qu'elle "veut juste ressentir quelque chose". Ce piano-voix, d'une rare profondeur, a suscité un engouement tel auprès du public que Marina Kaye a décidé d'en faire un single.

Mais la cerise sur le gâteau, c'est ce Vole final, emprunté avec soin au répertoire de Céline Dion. Sur fond d'hommage à sa tante Karine à qui elle avait déjà dédié Sounds like heaven sur Fearless, la Phocéenne se réapproprie ce titre, écrit par Jean-Jacques Goldman, avec intelligence, pureté et grâce.

Une performance, à même pas 20 ans ! Marina Kaye a décidément bien grandi. Cet album, celui de la révélation, augure de belles choses pour l'avenir.