Publicité
Publicité

Je dois avouer que je ne connaissais de ce film, jusqu'à très récemment encore, que les (très) nombreuses parodies dont il était l'objet. La plateforme Youtube en est en effet remplie, on y voit tantôt un Hitler enragé d'avoir obtenu la Wii plutôt que la PS3 à Noël, ou encore terrifié à l'idée que les États-Unis lui envoient un Chuck Norris pour le détruire. Je me suis donc décidé de regarder le film qui était derrière toutes ces parodies.

Hitler : un esprit torturé

Notons dans un premier temps l'excellente interprétation de Bruno Ganz qui a réussi à nous dépeindre le dictateur sans en exagérer les traits. En effet, la majorité des rôles représentant Hitler mettaient en avant une caricature diabolique de celui qui a mis l'Europe à feu et à sang et qui a été l'instigateur de la solution finale, condamnant à mort 6 millions d'êtres humains, dont 4 millions sous le seul prétexte qu'ils étaient juifs.

Publicité

Les 2 millions restant étaient composés d'opposants politiques, d'homosexuels, de Tsiganes et de malades mentaux.

Il est bien entendu compréhensible qu'un homme ayant été coupable de telles atrocités ait été interprété de manière extrêmement caricaturale au cinéma, l'émotion suscitée contre cet homme a été à la hauteur de sa folie. Cependant, il serait temps d'en donner une image fidèle à sa personnalité, ce qui a été le choix du réalisateur Oliver Hirschbiegel et de l'acteur Bruno Ganz qui nous délivre pour la première fois tous les paradoxes de la personnalité d'Hitler. On y voit un homme compatissant et attentionné envers ses proches, plus particulièrement avec les enfants, sa femme, sa secrétaire et sa chienne. Son aspect frêle et malade, dû à la maladie de Parkinson provoquant de violents spasmes aux mains, nous montre un homme affaibli et amoindri.

Publicité

À côté de cela se révèle un un chef de guerre capable de violents accès de rage lorsqu'il s'entretient avec ses généraux, le visage déformé par la colère, effectuant de grands gestes, jetant et cassant ce qui lui tombe sous la main. On nous renvoie également l'image d'un Hitler totalement déconnecté de la réalité, établissant des stratégies militaires à partir de troupes qui n'existent plus ou qui sont presque anéanties. Il est tellement imprégné de son idéologie qu'il en vient à dire des atrocités sous le ton le plus naturel possible, par exemple lorsqu'il parle de laisser mourir des civils qui "méritent d'être anéantis, car ils sont trop faibles".

Les autres personnages n'en sont pas en reste. Notons les excellentes interprétations de Himmler, très ressemblant physiquement et aussi froid et calculateur que l'original. De Goebbels, nous dépeignant un homme cynique et froid, complètement endoctriné dans l'idéologie nazie et fasciné par Hiter. Éva Braun, reflétant le caractère tragique de cette femme qui, par son extrême bonne humeur, cache un profond mal-être.

Publicité

Le film a été décrié par certains journaux, ces derniers lui reprochant de donner un caractère trop humain au dictateur, de peur qu'il attire la compassion sur cet homme. Je pense au contraire qu'il serait temps de révéler la vraie personnalité d'Hitler, dans ses bons comme ses mauvais côtés. Autrement dit, de le rendre à nouveau humain, ce qui nous permettrait de mieux comprendre sa personnalité ainsi que les démons qui l"animaient. #Cinéma #Histoire