Faire ses courses au supermarché, aller chercher son pain à la boulangerie ou son paquet de cigarettes au bar-tabac au coin de la rue sont autant de tâches parfois routinières qui constituent notre quotidien. Pourtant le passage en caisse synonyme de débits monétaires, peut nous faire gagner de l'argent tout en nous entrainant dans une véritable chasse aux trésors. Et pour cause, le caissier ou la vendeuse en rendant la monnaie, nous donnent parfois bien davantage que le billet de cinq ou dix euros que nous avons tendu pour régler nos achats.

Parmi les nombreuses pièces disposées à l'intérieur du tiroir-caisse et qui viennent par la suite alourdir et encombrer notre portefeuille, quelques unes présentent une face pouvant sembler inhabituelle.

Publicité
Publicité

Beaucoup de personnes ne soupçonnent pas alors qu'elles détiennent de véritables objets de collection ayant parfois une valeur inestimable.

Chaque année, les pays ayant adoptés la monnaie unique mettent en circulation des pièces rares. Ces pièces de monnaie, de deux euros pour la plupart d'entre elles, sont éditées parfois en nombre très limité afin de rendre hommage à une personnalité, commémorer un événement marquant. Du fait de leur rareté certaines peuvent être échangées contre des sommes conséquentes. Les pièces les plus recherchées par les collectionneurs et par conséquent les plus chères sont en général celles en provenance des micro-Etats à l'instar de la cité du Vatican, la république de Saint Marin ou encore la principauté de Monaco. Editée en 2011 en seulement 148 000 exemplaires, la pièce commémorative de 2 euros du mariage princier est par exemple estimée par l'argus à 140-150 euros.

Publicité

Faites également attention à vos centimes. Ces derniers prendront à l'avenir d'autant plus de valeur du fait que la commission européenne qui les estime inutiles envisage de les supprimer. Le très rare 1 centime de Monaco de l'année 2001 et 2002 peut être déjà revendu 100 euros dans des conventions en numismatique ou même sur des sites de vente en ligne sur internet.

Enfin pour les plus patients, vérifier scrupuleusement toutes vos pièces en acier cuivré, même celles qui au premier regard vous semble familière, cela pour détecter d'éventuels défauts qui pourraient les transformer en or. D'ordinaire, un objet ayant des imperfections est synonyme de moindre valeur. En numismatique, ce n'est pas toujours le cas. Les pièces mal frappées peuvent au contraire avoir une cote qui atteint des sommes difficilement envisageables pour des objets ayant une si faible valeur d'origine. Une pièce qui est fautée de 1 centime avec deux faces identiques peut être ainsi revendue 450-500 euros. Une pièce de 2 centimes peut être achetée 540 euros.

Après chaque achat, le fait de vérifier de façon systématique toutes les pièces de monnaie rendues peut s'avérer pour certains une perte de temps. Cependant, pour les plus motivés, ce reflexe peut payer et au final être un très bon investissement. #Union Européenne #Finance