L'appui de la France

Au début, Il faut saluer le rôle de la France dans la Co-organisation et sa contribution à la réussite de cet évènement international, Manuel Valls, Premier Ministre Français s'est déplacé personnellement pour soutenir l'évènement.

Réformes, investissements et solidarité sociale sont les grandes lignes de la stratégie de développement du gouvernement.

La nécessité d'adopter les lois relatives au Partenariat Public-privé (PPP), la capitalisation des banques et les énergies renouvelables, tels sont les trois points qui ont été soulevés lors des interventions des invités de la conférence internationale, tenue sous le thème « Investir en Tunisie, start-up démocratie », des participants venant d'une trentaine de pays frères sans omettre la présence d'une vingtaine d'institutions financières, cet évènement qui a eu lieu le lundi 8 septembre 2014, a noté la disposition des investisseurs à appuyer la Tunisie dans sa période de transition, qui reste liée à ces trois lois essentielles au développement et au progrès de toute économie , notamment , concernant les méga-projets que la Tunisie espère concrétiser sans délai, citons par exemple, le projet de la centrale électrique de Radès et celui de l'aéroport d'Enfidha…et. La Tunisie, est en pleine période de mutation profonde qui nécessite la participation de fonds internationaux et investisseurs étrangers au financement de l'économie, et à l'appui à cette mutation.

« Il s'agit d'un congrès pour inciter l'#Investissement étranger et non un congrès pour les pays donateurs » a précisé Mehdi Jomaâ - Chef du Gouvernement Tunisien.

Dans ce contexte, vingt-deux projets pour dont le coût dépasse les cinq milliards d'euros ont été présentés lors de la conférence, et la Tunisie aspire à faire aboutir sa stratégie économique pour sortir du tunnel et émerger vers une nouvelle étape prospère et durable.

Par ailleurs, notons que le gouvernement n'a pas épargné efforts ni stratégies pour consolider le développement régional, en créant des solutions adéquates aux difficultés que rencontrent les entreprises économiques et en dotant les gouverneurs de plus de pouvoir leur conférant la contribution efficace et rapide au développement régional.

Jean-Baptiste Rousseau disait « Un nouveau monde vient d'éclore, l'univers se reforme encore dans les abimes du chaos ».