La ville Hongroise qui ambitionne une position dans le concours des villes européennes est le centre de l’attention des jeunes pousses en Europe car elle se veut le carrefour idyllique du high-tech qui inspirera certainement la Tech City Londonienne.

Quelles sont les raisons de cet engouement pour l’extradition ? De l’argent disponible bien sûr, des salaires en dessous du marché et en outre des ingénieurs talentueux.

Des jeunes innovateurs attirés par cette manne économique délocalisent pour la capitale Hongroise qui se rêve en capitale des jeunes pousses high-tech au centre de l’Europe.

Cet eldorado se remarque par le pied à terre de Ustream dont les locaux ultra modernes et tout en verre laissent entrevoir l’étendu de ce fournisseur mondial. Samsung, sony, Cisco alimentent régulièrement la fiche clients de cette start-up dont le créateur et Dir. tech  G. Fehér reçoit dans une tenue des plus décontracté.

Ustream expert du streaming vidéo a été créé en 2007 employant 250 salariés qui se partagent les locaux hongrois et californiens, d’autres se répartissent à Séoul et Tokyo. Son capital a été établi à cent cinquante millions de dollars par The Economist.

« En intégrant une start-up supplémentaire dans la Silicom Valley, nous y aurions gagné », souligne G. Fehér un autodidacte de 36 ans, initialement juriste. « En regard à la disponibilité des potentiels nous avons souhaité notre essor en ce lieu ».

Ustream s’affiche dans les trois premières de quelque deux cents start-up prêtent à conquérir le monde. En première position se place LogMeln, « un cloud computing » qui permet la gestion à distance d’un process informatique, capitalisé à 1,2 milliard de dollars.

« En cinq ans le nombre d’affaires a augmenté », annonce P. Arvas, le créateur de Prezi (mise en forme 3D), la 3ème plus grande start-up de Hongrie. « La force innovante se manifeste de manière convaincante », ajoute-t-il.

De l’argent disponible et des ingénieurs reconnus. Le niveau d’apprentissage des méthodes scientifiques s’inscrivant dans une tradition Hongroise ancrée, justifie le fait d’une main d’œuvre qualifiée et disponible, la mutation des savoirs faire étant exclusivement accompagné par une orientation université entreprise.

L’Institut national de l’innovation est emblématique de ce mouvement. Crée en 2012, il a été prioritairement soutenu dès les mois suivant par un programme gouvernemental faisant de Budapest la capitale Européenne des start-up en 2020.

« Les capitaux en Hongrie sont importants et demandent des volontaristes pour promouvoir les futures start-up d’Europe ». #Union Européenne #Investissement