Bonne nouvelle pour le groupe PSA, ses ventes en Chine ont surpassé celles de ses concurrents. En Europe l'embellie est au rendez-vous car les ventes soutiennent aussi son marché #Automobile. PSA considère cet essor substantiel comme le début d'une vague annonciatrice de gros bénéfices. Les chiffres de 3ème trimestre justifient une activité soutenue. Le groupe a publié une augmentation de 5 % de ses ventes dans le monde avec 640 000 véhicules immatriculés. Ces dernières ne sont pas uniquement concentrées en Chine (+44 %), elles ont également un impact sur le marché en Europe (+7 %).


L'Europe participe simultanément aux progressions des ventes. Une situation irrégulière qui traduit de fortes progressions notamment en Espagne (+17 %) grâce à l'établissement d'une prime à la récupération, mais aussi en Allemagne (+4,5 %) ou en Angleterre (+8 %). La France demeure en queue de liste avec des ventes s'établissant à seulement 0,5 %.
En Chine le groupe prévoit une augmentation de son marché de 0,7 % à 4 %. Un chiffre significatif en considérant les volumes de ventes du plus grand marché mondial de véhicules. Il concentre son image marketing sur la probabilité d'une grande distribution de sa gamme DS avec la mise sur le marché de modèles innovants.


Sur d'autres marchés le recul est plus marqué. Les espérance de croissance se limitent sur d'autres secteurs avec des ventes en recul. En effet les ventes ont diminué de 38 % en Amérique latine, 62 % en Eurasie. Dans ce contexte une régression en concomitance sur ces 2 secteurs affiche des reculs moins accentués, 10 % et 24 % en répartition.
Dans d'autres régions tel que le Moyen Orient, l'Afrique et l'Inde pacifique, PSA perd continuellement des actifs financiers sur 10 % à 11 % des ventes. Cependant il estime que ces secteurs recèlent sur le long terme d'un potentiel de croissance.


Il reste quant même du chemin à parcourir avec un chiffre d'affaires en augmentation de 2 % sur un an à 12 millions d'euros. En considérant le garage automobile, une diminution des actifs financiers est constatable avec une réduction de 0,8 % exit les joint-ventures chinois à 8 milliards d'euros.
« Les transactions sur les ventes et les spéculations de changes négatifs n'ont reçus un équilibre partiel que par des répartitions sur une montée en gamme avec un impact de prix bénéfique », publie le groupe PSA. En associant les joint-ventures le CA augmente de 3 %.
« Tous les actifs (projet Back in the Race) sont maintenant concentrés et les chiffres sont significatifs. Mais le chemin à parcourir pour relever définitivement PSA est encore long », détail C. Tavares PDG de PSA.
#Finance #Investissement