Bercy aux commandes et Macron aux manettes.

Macron, l'homme providentiel de Bercy depuis le 26/08/2014, s'agite dans son bocal en faisant maintes propositions financières susceptibles de redorer le blason de l'Elysée face à Bruxelles. Aujourd'hui, son objectif est de mettre à contribution les sociétés autoroutières, en surtaxant les excédents bruts afin de satisfaire la volonté de Bruxelles et renflouer le bas de laine français qui est en berne. Ce n'est nullement un scoop puisque déjà les taxes et surtaxes influençant les dépenses pétrolières fusent et éclatent comme feux d'artifices.

Un seul mot d'ordre désormais : il faut faire des économies.

Publicité
Publicité

Mais jusqu'où faudra-t-il aller, sans se perdre en chemin, pour satisfaire une demande européenne exaspérée par notre bulletin scolaire. Bonnet d'âne sur la tête, montrée du doigt, voilà la France telle qu'elle est, alors que l'on veut nous parler d'une France au beau fixe. Nous n'avons pas les mêmes valeurs vocables, loin s'en faut.

Razzia sur le monopole des sociétés autoroutières.

Pour se faire, la Fondation "Terra Nova" (quel est son rôle?) propose une idée faisant grincer les dents d'un grand nombre de ces sociétés autoroutières grasses et replètes vivant sur le dos des automobilistes, une fois pour toute considérés comme des "vaches à lait" Ces sociétés ne veulent pas lâcher leur os, accrochées comme puces sur un chien, à des monopoles vivant de racket. Désormais, ce monopole est dans le collimateur de l'Etat pleurant sur son manque de clairvoyance concernant cette manne royale perdue.

Publicité

C'est pourquoi le Ministre de l'Economie, de l'Industrie et du Numérique réunis a pondu le Dimanche 9 Novembre une proposition référentielle sur une manière de remplumer la France, fauchée comme les blés après moissons. Des sous! L'Etat pleure ses finances, Macron propose mais qui en fin de compte disposera de l'autorité nécessaire pour appliquer une solution qui fâche, qui va fâcher et rajouter un peu d'huile sur le feu du mécontentement qui tend à se généraliser.

Pourquoi une telle surtaxe? Il faut lui trouver une cause, et il semblerait que le déficit français s'accentue suite aux interventions militaires au Mali ou ailleurs, interventions mal provisionnées, mal anticipées. Qui va encore payer, Monsieur le Ministre?



#Finance #Automobile #Gouvernement