Les fiches de paie sont-elles trop alambiquées et trop onéreuses ? Le Conseil de simplification mettait en avant, le 30 octobre dernier, la simplification des bulletins de rémunération. L’annonce était dans l’attente depuis plusieurs mois, étant donné que Laurent Granguillaume co-président du Conseil de simplification n’a jamais dissimulé sa détermination d’alléger les fiches de rémunération des salariés afin de leur permettre une meilleure compréhension des informations référençant leur rapport avec l’entreprise.  Mais cette mesure vise également à diminuer les coûts pour les sociétés.

La ministre des Affaires sociales Marisol Touraine et le ministre du travail François Rebsamen ont ce mercredi 3 décembre présenté quelques descriptions sur le projet à venir. Cependant s’ils défendent l’intégrité ces propositions plusieurs questions restent en suspens, relatives aux difficultés rencontrées.

Une ambition qui a du mérite

Il semble notoire que la majorité des salariés n’ont plus le temps d’éplucher systématiquement leurs fiches de paie, confrontés à des descriptions superficielles référençant les cotisations patronales et salariales.

« L’accumulation des mentions et la profusion des lignes patronales éloignent le salarié dans la compréhension des informations qui lui sont présentées », énoncent les deux ministres dans un rapport.

C’est dans cette approche que le Conseil de simplification milite pour un allégement, dans la forme principalement. Les acronymes indéterminés associés aux diverses caisses seront de cette manière échangés par leurs significations : prévoyance, santé, retraite, etc.

Une façon plus claire de comprendre la part de revenue destinée à telle caisse. Mais surtout le #Gouvernement envisage la suppression de la plupart des notations « relatives aux prélèvements patronaux ». Il espère dans cette optique diminuer de manière « très formelle le nombre de lignes du bulletin de rémunération ».

Comment se déroule la mesure

L’unification de la fiche de rémunération va demander du temps avant d’être finalisée. Le processus commencera le 1er janvier 2015, étant donné que le gouvernement va soumettre aux sociétés volontaires un 1er modèle de bulletin de paie allégé. Les 1ères modifications ne seront apparentes que dans les mentions destinées aux cotisations des employeurs. Ensuite s’effectuera le plus gros du travail. Le Gouvernement va initier un plan de concertation avec les acteurs sociaux, l’essentiel des fédérations professionnels, les spécialistes comptables, les utilisateurs des fiches de paie ainsi que le comité sur la normalisation des informations sociales.

Ces débats doivent aboutir au regroupement des cotisations de revenus, mais également « au partage des congés » et aux « dispositions à la formation ». L’étalement des allègements mènera à une généralisation d’ici le 1er janvier 2016.