Alstom va recevoir 700 millions de dollars d’amende afin de mettre fin à ses poursuites aux Etats-Unis pour corruption en Indonésie, favorisant la voie au rachat par General Electric de ses activités dans le domaine de l'énergie.
Au gré d’une source connaissant le dossier en ayant requis l’anonymat, le département de la #Justice aux USA (DoJ) et l’industriel des TGV sont arrivés à un accord à l’amiable qui marque la fin des enquêtes judiciaires. L’arrangement qui prévoit une sanction de 700 millions de dollars devrait être officiellement annoncé la semaine prochaine d’après la source. Celle-ci n’a pas précisé si Alstom avait accepté de plaider coupable. Concernant les défauts de corruption à l’étranger, cette pénalité est la plus importante financièrement, la première jamais infligée dans l’exercice de la loi américaine (FCPA) pour les défauts de corruption à l’étranger, confirme l’organe Bloomberg qui transmettait plus tôt l’information.
La FCPA accorde aux Etats-Unis le droit d’effectuer des enquêtes sur de tels agissements quand ils concernent une société cotée à la Bourse américaine, également sur des citoyens ou des personnes résidents aux Etats-Unis. Jusqu’en 2004, Alstom était encore coté à Wall Street.


Le DoJ dénonce des dirigeants d’Alstom d’avoir essayé de verser des dessous-de-table à différents dirigeants indonésiens parmi lesquels un député afin d’obtenir un contrat de 118 millions de dollars dans le secteur de l’énergie, identifié sous l’appellation projet « Tarahan ».
Alstom faisait une joint-venture avec la société nipponne Marubeni, en plaidant coupable celle-ci a accepté de régler 88 millions de dollars afin de mettre un terme aux poursuites. DoJ confirme que 4 responsables français du groupe, dont trois ayant plaidé coupable ont déjà été incriminés.
Ce dossier fait référence à une affaire précédente visant Siemens, le conglomérat allemand, rival d’Alstom, qui avait donné son accord pour régler 450 millions de dollars au DoJ en 2008, afin de dissimuler un scandale de corruption d’envergure internationale. Siemens a par la suite réglé 350 millions de dollars en plus à la SEC, le régulateur des marchés.


Durant la décennies passées, Alstom a été rapproché dans plusieurs pays pour des enquêtes pour corruption. En 2011, le groupe avait reçu une amende de 42 millions de dollars en Suisse pour ingérence concernant des dossiers de détournement en Lettonie, en Tunisie et en Malaisie. Il est également impliqué dans une enquête au Brésil et au Royaume-Uni, la Banque mondiale l’accuse aussi de détournement.
#Finance