À l'aube du Forum économique mondial, Oxfam Internationale sonne l'alarme. Selon l'organisme à but non lucratif, le fossé séparant les riches et les pauvres s'est accru de manière exponentielle au cours des dernières années. Pour illustrer ses propos, il utilisait un exemple fort dans son rapport. Le patrimoine des 80 personnes les plus riches est plus important que celui de 3,5 milliards d'individus, soit plus que la Chine, l'Inde et les Amériques toutes ensembles!

Entre 2000 et 2009, l'écart entre les riches et les pauvres avait rétréci. Le pourcentage de la richesse du groupe des 1% les mieux nantis était passé d'un peu plus de 48% à environ 44%.

Publicité
Publicité

Mais depuis 2010, la courbe est en hausse et est revenue à plus de 48%. L'organisme prévoit que si la tendance se maintient, en 2016, ils posséderont plus de 50% de la richesse mondiale.

Dans un rapport publié le 19 janvier, des faits qui démontrent les iniquités mondiales. Par exemple, on peut y lire qu'une personne sur neuf vit avec moins de 1,25$ par jour. On ne peut en vouloir aux milliardaires d'être aussi riches, mais on peut se questionner sur la distribution de la richesse.

Ainsi, la directrice générale d'Oxfam, Winnie Byanyima, qui coprésidera le Forum économique internationale qui se tiendra à Davos cette semaine, espère voir les États faire l'exercice lors du Forum. «Les iniquités extrêmes ne sont pas seulement un problème moral, elles ralentissent également la croissance économique et diminuent les profits du secteur privé », affirme-t-elle.

Publicité

Pour Mme Byanyima, cet écart entre les riches et les pauvres n'est pas inévitable. Parmi les manières suggérées pour arriver à en ralentir la croissance : la hausse du salaire minimum, la promotion des droits des travailleurs, le partage équitable du fardeau fiscal et une offre de services publics gratuits (santé et éducation). Ces mesures sont très vertueuses dans un rapport, maintenant voyons si elle pourra convaincre les États présents au Forum économique de prendre des engagements spécifiques. #Crise économique