Son plan de recentrage dans le transport marque une étape considérable sur son marché de prédilection. La transaction est faite au terme d’une assemblée générale, approuvée à la majorité vendredi 19 décembre au profit de l’américain General Electric. C’est au cours d’une assemblée extraordinaire parsemée d’échanges pesants avec le PDG Patrick Kron, que les actionnaires d’Alstom à 99 % des votes, ont approuvé la vente de 70 % des activités du fleuron industriel hexagonal, pour un montant de 12 milliards d’euros.
Le conglomérat de General Electric devient majoritaire dans cette transmission des activités énergies d’Alstom.


L’aboutissement de la session de vote présageait d’une sortie favorable au regard du soutien dans la transaction, du principal actionnaire du groupe Alstom, le groupe Bouygues qui a une position de 29 % dans le capital.
Après le feu vert de l’Etat français début novembre qui avait considérablement appuyé sur les négociations au cours du printemps, Alstom était destiné à être une entreprise consacrée aux transports. Un secteur qui présente un marché d’envergure, de l’avis du groupe.
Mr Kron a exposé que la solution la plus favorable pour conforter la stabilité du groupe demeure dans cette cession. En effet, les difficultés rencontrées dans le secteur de l’énergie et à travers une Europe en crise, seront surmontées par cette alternative. L’entreprise étant, à son avis, dépourvue de la taille cruciale.


« C’est la meilleure décision pour projeter Alstom dans l’avenir », a précisé le responsable. Certains participants lui reprochaient d’être à l’origine, par le concours de General Electric « du moulin à vent ». Avec le produit de cession, Alstom envisage de réintroduire 3 milliards d’euros dans 3 coentreprises axées sur les énergies renouvelables et les turbines à vapeur, destinées aux centrales nucléaires et aux réseaux électriques; des entreprises constituées avec l’aide de General Electric.
La cession est toujours sous instance d’approbation des autorités réglementaires présentes dans 20 pays, au préalable de sa finalisation prévue au second trimestre 2015. Le groupe de transport Alstom, constructeur emblématique du TGV a programmé la redistribution d’environ 4 milliards d’euros en faveur de ses actionnaires, du produit de la cession au moyen d’un rachat de titres. Cependant Patrick Kron devrait bénéficier du super bonus. Les actionnaires étant plutôt réticents à ce protocole particulier.
#Finance #Energie électrique #Investissement