Le plan économique d’envergure programmé par France #Télévision parait produire des résultats convaincants. Le groupe audiovisuel, dont la planification de son budget prévu pour 2015 projette d’infléchir ses pertes à dix millions d’euros, comparativement aux quarante millions enregistrés en 2014. Un projet en analyse ce jeudi 18 décembre au sein du consortium. Cette source provient de l’AFP en date du 17 décembre, par confirmation d’une donnée issue du quotidien les Echos.
En recul marqué par comparaison aux années précédentes, le déficit projeté en 2015 signifie un quasi retour de l’équilibre des comptes du groupe audiovisuel. 
France Télévision avait inscrit en 2013 un déficit de quatre vingt-cinq millions d’euros.



#Films

Des recettes insuffisantes aux prévisions

En regard au COM (contrat d’objectifs et de moyens) accordé par le concours de l’Etat en 2013, les prévisions de France Télévision sont néanmoins maximisées au-delà des 4 millions d’euros de déficit prévisionnel pour 2015.
Les recettes espérées pour 2015 sont en deçà des vingt millions d’euros de recettes attendues originellement, malgré les quinze millions d’euros d’économies complémentaires prévues pour cette année. Les projections prévisionnelles attachées aux recettes publicitaires ont cependant été révisées à la baisse, à niveau de quinze millions d’euros.
Cependant les pertes prévues pour 2015 constituent -0,4 % du budget dans sa totalité, qui se monte à 2,85 milliards d’euros.

Au centre d’une nomination

Le plan économique programmé ces dernières années par France Télévision dépend cependant d’une réduction des ses effectifs. Ceux-ci ont été diminués en 2013 de trois cent soixante et onze places ETP (équivalent temps plein) rééquilibrant à dix mille cent vingts ETP. En outre le groupe a instauré un projet de départs volontaires en 2014 attenant à trois cent quarante places, avec un prévisionnel à l’horizon 2015 de neuf mille sept cent cinquante ETP. Sont aussi au rendez-vous, des audits permanents de ses programmes réguliers et des recentrages avec ses fournisseurs.
Le CSA (Conseil supérieur de l’audiovisuel) élira son nouveau président en mai. L’actuel PDG Remy Pflimlin a évoqué son intérêt pour le renouvellement de son mandat de cinq ans. Cependant un nouveau rapport a exposé un bilan en demi-teinte de sa présidence.