"Le réseau renforce nos relations". Voici le message optimiste d'une enquête récente axée sur la franchise Banque populaire/FFF (Fédération Française Franchise) avec le concours de l'institut CSA suivi du quotidien l'Express. Une investigation menée auprès de quatre cent cinq sociétés franchisées avec deux cents franchiseurs, interviewés téléphoniquement entre le 5 et le 27 juin 2014. Un échantillonnage d'après le procédé des quotas, qui considère le secteur d'activité puis la situation géographique. Malgré la crise, les franchisés, à l'image des autres commerçants autant que des entrepreneurs, sont parvenus à stabiliser leurs revenus d'activité.

36% ont rehaussé leurs bénéfices au cours de 2013. Pour quelles raisons? "Le fait que ce soit un modèle de distribution plus influent et plus actif ", évalue le directeur Développement Banques populaires, Michel Roux. "Il est plus résistant en offrant plus de discernement. Il s'articule sur de la formation, de l'assistance, du savoir faire accompagné de nouveautés apportées par le réseau".

Les franchisés admettent que le concept lié à l'enseigne a su évoluer grâce aux franchiseurs qui ont solidifié son accompagnement. Du côté des franchiseurs, ils ont su inciter leurs franchisés à élaborer des relais de développement (produits complémentaires ou services, application des technologies innovantes, orientation multicanal).

Il ont donc investi dans une stratégie de communication. Une option éprouvée afin de se dissocier d'une concurrence endurcie. #Investissement #Finance

Le président de la FFF, René Prévost en fait un énoncé précis: "les plus actives ont solidifié l'accompagnement en se préoccupant aussi de leur compensation. En effet, un franchisé heureux construit une clientèle heureuse". Transmission d'expérience à l'intérieur des réseaux, formation, partage du savoir faire, innovation, e-learning, représentent un bagage appréciable de ceux qui ont pris la décision de s'affilier une enseigne au lieu d'avoir entrepris individuellement.


L'enquête met en évidence que le Web et les réseaux sont d'ores et déjà intégrés aux stratégies. Maintenant c'est l'approche du multicanal et le Web to store (web en magasin). 87% des franchiseurs révèlent avoir employé au minimum un dispositif sur le web dans le but d'inciter la clientèle à visiter les points de distribution (situation géolocalisée des points de vente, offres promotionnelles, événements marketings).