Le géant outre Rhin SAP a mentionné ce mardi 20 décembre vouloir accroître ses revenus d'environ 50% d'ici 2020. Pour ce faire, il compte investir dans la gestion des données dématérialisées. Cependant, les investisseurs ont manifesté leur déception par les projections ambitieuses du géant allemand des logiciels pour professionnels. En faisant l'exposé d'être "le groupe prenant le plus de parts de marché sur le plan global", SAP s'est initié à des objectifs prévisionnistes à l'environ 2020. Néanmoins les investisseurs ont résolu leurs anticipations sur des planifications 2017 révisées à la baisse, avec des perspectives 2015 estimées insatisfaisantes.


"Les financeurs auront plus de difficultés à croire aux perspectives à long terme, à la vue des perspectives de moyen terme", ont précisé les spécialistes de la Deutsche Bank, dans un communiqué. En conséquence, cette défiance se transpose par une baisse importante du titre SAP sur le marché de Francfort. Un recul de 4,45 % pour 55 euros à 11H20 (GMT), qui s'affiche de loin sur la dernière position dans l'indice DAX.

Évoluant dans la transformation de son activité, depuis quelques temps, le spécialiste des logiciels Pro s'investit progressivement dans une prospective de gestion des informations dématérialisées. Un service qui s'étale aux entreprises par des offres de stockage sur le Web de leurs données. Cette nouvelle activité doit sous peu de temps relayer son activité officielle de vente de programmes embarqués.

Dès 2020, ce sont environ 70% à 75% du chiffre d'affaires qui dépendront du Cloud, selon les évaluation de SAP. Ce barème permettrait d'orienter les résultats dans un écart variant de vingt-six milliards à vingt-huit milliards d'euros, comparativement aux 17,6 milliards d'euros en 2014. Néanmoins son chiffre d'affaires devrait augmenter jusqu'à vingt et un voir vingt-deux milliards d'euros pour 2017.

De plus, le géant outre Rhin des logiciels Professionnels a délaissé tout objectif qui concerne sa marge opérationnelle. #Finance #Internet #Investissement

Harald Schnitzer spécialiste à DZ Bank a énoncé "qu'une nouvelle fois, SAP a resitué dans le temps ses prévisions de chiffre d'affaires". "En supposant que la croissance dans le Cloud du groupe soit encourageante, SAP devrait à présent prouver qu'il a la possibilité d'être aussi rentable que ses prétentions le laissent croire", admet l'analyste.