Poutine a-t-il la solution ?

La chute des prix du pétrole a eu un impact négatif sur l'économie des pays exportateurs du pétrole, y compris la Russie et le Venezuela. Pour cette raison, le Président vénézuélien Nicolas Maduro a décidé de rendre visite aux principaux pays exportateurs de pétrole, et c'est toujours dans ce cadre, qu'il a rencontré, le 15 janvier, le Président russe Vladimir Poutine à Moscou. Il espère par cette initiative, amener Vladimir Poutine à agir pour rehausser les prix du pétrole.

Oeuvrer pour procédure adéquate

La réunion entre Nicolas Maduro et Vladimir Poutine a porté sur les relations bilatérales et les possibilités de freiner la chute des prix du pétrole, a annoncé Maduro. Nicolas Maduro a entamé la réunion, en disant que "les Vénézuéliens pensent que vous (Vladimir Poutine) allez nous en sortir de cette situation"

Il est clair que Nicolas Maduro espère que Vladimir Poutine le soutiendra dans sa tentative d'organiser et de structurer la production du pétrole et d'œuvrer à la reprise et à la stabilité des prix sur les marchés mondiaux. Mais on ne sait pas encore qu'elle est la procédure adéquate.

Absence de mécanisme efficace

A ce propos, le ministre russe de l'énergie Alexander Novak a déclaré avant l'arrivée du président vénézuélien en Russie, « il n'existe pas aujourd'hui de mécanisme efficace pour influencer les prix du pétrole sur les marchés mondiaux »

Motivation de la demande, prospection de marchés nouveaux et création de réserves

Par contre, il y a ceux qui voient la possibilité de l'ajustement de l'instabilité sur les marchés pétroliers, sans pour autant diminuer la production du pétrole. D'après l'analyse d'Elie Balakyrev, elle explique que la solution existe peut être, dans la motivation de la demande et la prospection de nouveaux marchés, elle conseille aussi, de créer des réserves pétrolières comme il est d'usage pour les réserves financières.

D'après l'Opec, la Russie pourra bien réduire sa production en 2015

Quant à l'Organisation of the petroleum exporting countries "Opec", elle prévoit une réduction sur la production pétrolière russe en 2015, une réduction qui pourrait atteindre 100 mille barils par jour par rapport à l'année précédente. #Crise économique