Le groupe Accor a présenté l'année dernière un bénéfice net en progression forte. Cependant, il reste inférieur aux prévisions du marché. Une situation qui conforte le leader hôtelier dans son ambition de paraître la chaîne hôtelière "la plus performante", suite à une année de mutations profondes.    

Au cours de l'exercice précédent, le groupe hôtelier a dégagé un résultat net de 223 millions d'euros, une augmentation de 77% comparativement à 2013. Un accord avec Factset (société d'informations financières) enregistrait un bénéfice net de 313 millions d'euros.    


Les prévisions, qui émanent du leader de l'hôtellerie, mentionnent pour son résultat d'exploitation un chiffre de 602 millions d'euros, avec 15,6% de hausse. Celui-ci étant un indicateur incontournable de l'enseigne. Il se construit en quelque sorte dans la fourchette prévisionnelle du groupe, qui avoisine les 600 millions d'euros, dépassant les attentes des spécialistes (564 millions €).


Accor enregistrait un hausse légère de 0,5 % de ses transactions en 2014 pour 5,45 milliards d'euros. L'action Accor augmentait en bourse de 3,44 % pour 46,70 euros, quelques minutes avant 13h30.

Depuis la venue de Sébastien Bazin, la stratégie d'Accor, effective dès la fin du 1er trimestre 2014, s'articule autour de 2 métiers "mémorables": l'HotelServices en charge d'une gestion des hôtels, et l'HotelInvest afféré à la propriété immobilière. Un ensemble fonctionnel qui rassemble 1.354 établissements.    

Le résultat 2014 d'HotelServices s'élevait à 1,25 milliards d'euros, alors que pour HotelInvest il plafonnait à 4,79 milliards d'euros. #Inflation #Investissement #Finance

La chaîne a innové l'année dernière dans 29.556 chambres inédites, instituant ainsi 208 hôtels. "L'année 2015 devrait franchir les 30.000 chambres", de l'avis de Mr Bazin.


"2014 symbolise une année enrichissante, avec des fondations en place, qui inscrivent des résultats exceptionnels, édifiants pour nos 2 métiers HotelServices ainsi qu'HotelInvest. Une compensation qui s'inscrit malgré une atmosphère économique contrastée, précisément dans l'Hexagone", a indiqué Sébastien Bazin, PDG d'Accor, au cours d'une interview téléphonique. Une position qu'il détient depuis août 2013.