Bonne nouvelle pour l'industrie #Automobile française : le constructeur Renault a annoncé le recrutement en 2015 de 1 000 personnes en contrat à durée indéterminée, en plus des 760 prévus d'ici 2016. Ces postes seront à pourvoir dans les usines et les centres d'ingénierie français.

Des chiffres encourageants

Le groupe a donc tenu ses promesses. Il s'était engagé le 13 mars 2013 à suivre une nouvelle dynamique de croissance et de développement social. Aujourd'hui, l'entreprise a plus que triplé son bénéfice net, passant à 1,89 milliards d'euros. Quant au chiffre d'affaire, il s'élève à 41,05 milliards d'euros, soit 0,3% de plus qu'en 2013. Selon le PDG de Renault, Carlos Ghosn, ces chiffres montrent que les «efforts de compétitivité portent leurs fruits». Ils s'expliquent par la progression de la marge opérationnelle, qui passe de 3% du chiffre d'affaire en 2013 à 3,9% en 2014. Cela compense notamment la crise du marché russe.

L'accord signé en 2013 avec des syndicats demandait aux salariés de faire des concessions sur leur temps de travail et leurs salaires.

Publicité
Publicité

Il prévoyait près de 8 000 départs non-remplacés d'ici 2016 mais aussi des recrutements. L'annonce faite par le groupe rentre dans ce cadre. Les embauches concerneront l'ensemble des catégories professionnelles (ouvriers, ingénieurs, techniciens et cadres) et tous les niveaux de carrière (jeunes diplômés et profils expérimentés).

En parallèle, le constructeur annonce la signature de 1 000 contrats d'apprentissage cette année. Ces recrutements permettront de répondre aux besoins technologiques et d'innovation.

Une nouvelle réjouissante

Cette campagne de recrutement, officialisée par Renault, a été saluée ce jeudi 12 février par le ministre de l'Économie, Emmanuel Macron, qui a déclaré sur son compte Twitter : «Bravo aux salariés et aux partenaires sociaux ! L'accord de compétitivité porte ses fruits».

Publicité

Du côté des syndicats, la CFDT souhaite désormais que les CDI soient proposés en priorité aux intérimaires et aux sous-traitants et que des efforts soient faits sur les salaires. A ce propos, les négociations salariales pour 2015 débuteront ce vendredi. #Emploi #Crise économique