Dans un précédent billet, notre confrère Anthony Poix dénonçait l'évasion fiscale dans l'affaire "SwissLeaks", en chiffrant les sommes astronomiques du dossier. De nombreux pays sont concernés et la #Belgique n'est pas épargnée par cette épidémie fiscale. Des personnalités, mais aussi et surtout des plus modestes, car les journaux font état de plus de 3.000 Belges se trouvant dans les fichiers de la banque HSBC.

Des personnalités belges sur la liste Swissleaks 

Impossible de placer ici tous les noms des personnes possédant un compte dans cette institution. Mais pour les plus importantes, la presse ne se gêne pas à en divulguer les identités. Et ça en choque plus d'un au plat pays. Depuis la crise économique de 2008, les travailleurs doivent faire face à des mesures de plus en plus contraignantes et voient leur pouvoir d'achat diminuer au fil des mois, des années. Le gouvernement fédéral actuel tend clairement vers une politique d'austérité et que ce soit les petites gens ou le cadre moyen, c'est le porte-monnaie des belges qui en subit les conséquences. Alors que pour les plus fortunés, il semble particulièrement facile de "planquer" son magot dans une banque d'un pays dit du "paradis fiscal" et ainsi éviter toutes contraintes imposables. C'est ainsi que l'on retrouve des personnalités comme Diane von Fürstenberg (mode), Olivier Strebelle (sculpteur), Steffan Colle et Pierre Salik (industriel), ou encore Jacqueline Boël (héritière de la famille Boël, également industriel). Outre les noms cités, on trouve beaucoup d'industriels, mais aussi des artistes et des diamantaires d'Anvers (plus de 900 sur les 3.000 noms...), comme Mozes Koning, déjà impliqué dans le scandale "Omega Diamonds". Certains sportifs (footballeurs), experts financiers, des médecins, et même un dirigeant d'un syndicat flamand sont dans le collimateur des enquêteurs .

John Crombez (sp.a) exige une commission spéciale à la Chambre 

L'ex-secrétaire d’État belge à la lutte contre la fraude fiscale, John Crombez (Ostende - sp.a, socialiste flamand) compte plaider à la Chambre pour la mise en place d'une commission spéciale. Sa mission: assurer un suivi régulier de la gestion des affaires de fraude fiscale par les services de l'Etat. "Il faut que la Chambre vérifie assez fréquemment que tout le nécessaire est fait" a-t-il insisté sur la radio belge La Première.  

#Swiss leaks