La chaîne américaine de restauration rapide McDonald's va cesser de servir son poulet élevé au moyen d'antibiotiques. Une décision qui s'étend à ses restaurants aux Etats-Unis et dont les ONG ont salué l'importance. Cette résolution pourrait redorer le blason de la célèbre chaîne de restauration rapide, toujours confrontée à une rivalité agressive sur le marché américain.    

L'enseigne, emblème très controversé de la malbouffe, mentionne que sa position a été motivée pour des raisons d'éthique.

"Notre clientèle souhaite une nourriture qu'elle peut apprécier à l'extrémité de la chaîne, de l'environnement fermier à la restauration", décrit Mike Andres, dirigeant de McDonald's pour les Etats-Unis. "Ce choix est un pas de plus pour satisfaire cette attente", précise le représentant.

Cette politique devrait être intégrée d'ici deux ans par les 14.000 restaurants aux Etats-Unis, énonce le géant du hamburger. Toutefois, ils continueront à distribuer des poulets produits au moyen d'antibiotiques pour des nécessités curatives.    

"On est ravis d'apprendre que McDonald's a finalement compris la volonté du grand public qui ne souhaite plus consommer de la nourriture qui provient de fermes industrielles abusant des antibiotiques", se contente Wenonah Hauter, représentante de Food & Water Watch, une ONG, en jugeant tout de même que les mesures sont insuffisantes.

"Il s'agit de la première entreprise alimentaire importante à procéder ainsi. Ça va modifier la donne aux Etats-Unis", confirme Laura Rogers de The Pew Charitable Trusts (ONG).    

La pratique intensive de l'élevage des volailles accompagnée du recensement croissant de maladies a entraîné les éleveurs à employer de plus en plus d'antibiotiques afin d'éviter que des germes ne détruisent, par contamination, les productions. Cet exercice de "l'intensif" a créé pour les volailles la propagation de germes caractérisés par une "antibiorésistance".    

En conclusion les organisations sanitaires et ONG considèrent que l'emploi d'antibiotiques, permettant également à la viande de prendre du volume plus rapidement, diminuerait l'efficacité des médicaments pour les consommateurs lorsqu'ils en ont besoin.

"McDonald's fait la démonstration qu'une entreprise peut s'immiscer efficacement pour s'assurer que l'utilisation des antibiotiques chez les animaux n'entrave pas la santé humaine", se félicite Diane Feinstein, élue démocrate.    

Interdiction européenne

Si la FDA (agence américaine du médicament) exhorte l'industrie pharmaceutique à stopper la vente des antibiotiques tels que des additifs à la croissance pour les aliments destinés aux animaux d'ici 2016, en Europe les autorités le font depuis janvier 2006.

McDonald's précise, entre autres, avoir pris des initiatives pour l'Europe. En effet, dès 2001, le groupe affirme avoir limité pour ses menus européens la quantité de poulets produits aux antibiotiques, afin de prévenir des maladies éventuelles.