Si pour le grand public une éclipse solaire est un événement magique très attendu, les professionnels de l'énergie s'en passeraient volontiers. La prochaine aura lieu vendredi 20 mars en Europe. Elle sera visible du Portugal jusqu'à la Finlande entre 09h10 et 11h50. Une date que le réseau électrique du continent redoute.

Selon le degré d'ensoleillement ce jour-là, la production photovoltaïque des centrales solaires européennes pourrait être amputée de 35 000 mégawatts (MW). Un chiffre un peu abstrait pour le commun des mortels mais qui représente tout de même 10 % de la consommation électrique journalière en Europe - soit l'équivalent de quarante réacteurs nucléaires.

Publicité
Publicité

En France, la perte potentielle est estimée à 2 000 MW.

Un plan d'action à l'échelle européenne

Pour pallier cette perte, Réseau de Transport d'Électricité (RTE), une filiale indépendante d'Électricité de France (EDF) chargée des lignes à haute et très haute tension, a décidé de mettre en place une cellule spécialisée.

Sur LeFigaro.fr, Nathalie Lemaître, directrice adjointe du Centre national d'exploitation du système (Cnes) explique qu'il faut veiller à maintenir une fréquence électrique de 50 hertz. Cette valeur correspond à un équilibre entre production et consommation sur l'ensemble de l'Europe pour assurer la continuité de l'alimentation électrique sur le continent. En effet, les réseaux électriques nationaux sont connectés en Europe et un déséquilibre local pourrait alors avoir des conséquences continentales.

Publicité

Voilà pourquoi un plan d'action a été mis en place à l'échelle européenne. Chaque pays devrait accroître ses réserves de production électrique qui sont généralement destinées à corriger les écarts entre production et consommation. En France, elles seront augmentées de 50 %. Les centrales hydroélectriques seront également mobilisées afin de compenser d'éventuelles variations car elles sont très réactives et peuvent être démarrées en 15 minutes seulement. Ce qui n'est pas le cas des centrales thermiques auxquelles il faut 30 minutes de lancement, soit trop de temps pour réagir efficacement pendant une éclipse solaire.

Si, malgré tout, ces mesures s'avèrent insuffisantes, des actions de délestage seront entreprises. L'alimentation électrique de certains clients serait alors suspendue. L'énergie solaire c'est bien, mais, les jours d'éclipse, ça craint ! #Energie électrique