En référence à une publication du mercredi 18 mars, les prévisions pour la croissance en zone euro sont largement plus encourageantes, selon l'OCDE (Organisation de Coopération et de Développement Économiques). Cependant, elle s'inquiète particulièrement de l'#Inflation très inconsistante pour la région. Cela, dans un contexte d'emballement financier mondial.  

Sur la base de ces estimations, ce sont 0,3 points supplémentaires qui sont alloués régulièrement depuis novembre 2014, ce qui situe les prévisions de croissance en zone euro à 1,4% pour 2015, et avec 2% en 2016.

La BCE (Banque centrale européenne) joue manifestement un rôle, dont l'OCDE ne se garde pas de faire l'éloge, dans la possibilité de la zone euro de se dégager de la stagnation. Une chance d'évolution dont l'organisation en attribue essentiellement le mérite "à l'action entreprenante" de l'institution financière.

En prenant en compte un rapport synthétique des spécialistes de l'OCDE sur l'économie globale, il s'est avéré que la révision du rehaussement des prévisions prenait principalement sa source dans la diminution des tarifs du pétrole. Une baisse qui s'accompagne d'une politique d'assouplissement quantitatif (rachat de titres sur le marché) initié par la BCE.  

En évaluant dernièrement la déprime en zone euro comme l'un des principaux facteurs de danger pour l'économie globale, l'organisation économique a, depuis lors, révisé ses prévisions. Malgré qu'elle ne semble pas convaincue par les interventions des gouvernants, en jugeant que la politique du budget pour la zone euro pourrait être "davantage prometteuse à l'égard de la demande".

Quoiqu'il en soit, L'OCDE, qui rassemble trente-quatre pays développés et dont le siège est basé à Paris, approuve les actions initiées par la BCE sur le plan monétaire.  

Au delà de la zone euro

L'organisation économique fait aussi mention de la prospective de l'Inde, en attendant 7,7% de croissance pour 2015 et 8% sur 2016.

Publicité
Publicité

Des rapports qui la placent au dessus de la Chine. Et en ce qui concerne le Japon, la croissance devrait être de l'ordre de 1% pour 2015 et de 1,4% sur 2016.   #Union Européenne

Elle conserve ses prévisions pour les Etats-Unis avec 3,1% de hausse cette année et 3% l'année prochaine. L'OCDE estime en outre que la Réserve fédérale devrait attendre encore avant de rehausser ses taux, de façon à soutenir la demande privée confrontée aux tarifs pétroliers bas et à la position favorable du dollar sur le marché des changes.