Au Royaume-Uni, le gendarme financier a entrepris une enquête à propos des opérations dirigées par la Banque anglaise durant la crise de 2007. Un coup retentissant pour l'intégrité de la City Londonienne qui a déjà été mise en cause pour des manipulations dans le marché des changes. Le SFO (Serious Fraud Office) mentionnait qu'il poursuivait actuellement des recherches sur des enchères de liquidités opérées à l'initiative de la Banque d'Angleterre durant la dépression financière de 2007-2008.    

Ce genre d'opération, qui fait que les banques offrant le plus d'avantages reçoivent des fonds de la banque centrale, est relativement banal pour un institut d'émission. Cependant, cette démarche a pris une ampleur exceptionnelle durant la dépression financière. Cela, au moment où les banques avaient rompu la confiance réciproque et courraient derrière les liquidités.

Le SFO, agence indépendante gouvernementale en charge d'enquêter contre les délits financiers, s'est vu confronté à l'implication de la respectable BoE - Banque d'Angleterre - pour l'une de ses enquêtes. Il s'agit là d'une première!

Pour prendre sa défense, la BoE a avancé qu'elle diligentait une enquête indépendante, dirigée par un juriste célèbre de la City, à propos de ces irrégularités éventuelles. Une initiative qui prenait effet avant que le SFO n'en vienne à enquêter.

"Se fondant sur les conclusions de l'enquête préalable, la BoE en informait le SFO en novembre 2014", selon un communiqué publié par la banque centrale.   #Investissement #Justice

Elle n'a pas voulu faire d'autres commentaires, ni préciser les écarts qui auraient pu être commis, ni même leurs conséquences. Elle s'est également abstenue de mentionner des responsables de la BoE en lien avec cette affaire, ou éventuellement des courtiers externes qui travaillaient pour son compte.


L'importance de la portée des faits ainsi que le niveau d'implication de la Banque d'Angleterre demeurent donc amplement à déterminer, cependant ces dénonciations entachent encore l'apparence de l'élégant gouverneur de la BoE, Mark Carney. Il prenait la direction en juillet 2013 pour le remplacement de Mervyn King qui restait l'observateur, au cours de la période mouvementée, de la dépression financière globale et durant les faits incriminés.