L'opérateur télécoms nouvellement créé, Numericable-SFR, enregistre des pertes en 2014, à l'image de sa maison mère Altice. Cependant le groupe table sur une fibre optique dynamique et l'intégration des ses acquisitions nombreuses depuis cette année.

Aucune perspective chiffrée n'a été dévoilée pour 2015 par l'opérateur ou par sa maison mère dirigée par un ponte des télécoms, Patrick Drahi. Une position justifiée par l'attente de la fin du premier trimestre, au cours duquel devraient se manifester les plus values de l'intégration du groupe Mobile SFR.  

Les charges financières ont lourdement pesé sur les bénéfices nets, dès lors que la fusion avec SFR, la firme reprise à Vivendi, a été effective, à partir du 27 novembre.  

Cependant les investisseurs ont bien accepté ces chiffres provenant d'une année transitoire, l'action Numericable-SFR gravitant à la hausse de 3,98% sur les marchés parisiens et Altice avec 2,8% sur la Bourse d'Amsterdam.  

Thierry Lemaître, directeur financier, indiquait que Numericable-SFR avait subi en 2014 une moins value nette de 175 millions d'euros... Alors qu'en 2013, l'unique Numericable dégageait un profit de 65 millions d'euros.  

Se faisant, le groupe écope du bond de ses charges d'intérêts, préalablement à l'achat de SFR, par 440 millions d'euros sur 2014, moyennant 185 millions d'euros pour l'année 2013.  

Les résultats provisoires du groupe sont disponibles en ligne avec la publication de ses prévisions depuis février, qui "reflètent principalement les performances de SFR ainsi que sa gestion avant le rapprochement", précise t-il dans une note médiatique.  

L'Ebitda 2014 ajusté du nouveau groupe apparaît en diminution de 11% pour 3,1 milliards d'euros.  

Le chiffre d'affaires de la même année est en régression de 5% pour 11,4 milliards d'euros, essentiellement à cause de la stagnation des revenus Mobile.

Publicité
Publicité

Des chiffres qui sont compensés en partie par un programme de diminution des coûts.  

Numericable-SFR remarque néanmoins "dynamique forte de la croissance de la fibre dès la fin novembre 2014", qui s'est poursuivie début 2015.  

Fin 2014, l'ensemble des abonnés Mobile affichait une baisse de 1,2% pour 22,9 millions de consommateurs, notamment en raison du segment prépayé, relevant un revenu moyen d'abonnement (ARPU) de 22,5 euros en diminution de 5,9%.   #Smartphone