Les bénéfices associés aux casinos de Macao pâtissent toujours de l'opération anti-corruption dirigée par Pékin et ont baissé de 49 % en février 2015. Pour contrer cette chute vertigineuse, les établissements érigent de nouveaux hôtels disposés à attirer un tourisme de masse. Rappelons que Macao constate l'affluence tous les ans de millions de touristes en provenance de #Chine dans ses casinos immenses. Six compagnies disposent d'une licence afin d'exercer sur le territoire, l'unique à tolérer les jeux d'argent en Chine.

Selon le Bureau Coordination et Inspection du jeu, les revenus liés au jeu ont donc diminué de 49 % en février sur un an, pour 19,54 milliards de patacas (soit 2,13 milliards €). Au même moment, Pékin se fait de plus en plus pressant face au territoire semi-autonome  pour que celui-ci diversifie son économie.


Une série noire qui annonce une probable baisse de rentabilité sur 9 mois consécutifs pour les casinos tenant à l'ancienne colonie portugaise. Le record précédent de chute de bénéfices se constatait au mois de décembre 2014, enregistrant une diminution de 30,4 % pour un an en moyenne.

Au cours de l'année 2014, les établissements de jeux de Macao, placés devant Las Vegas en matière de chiffre d'affaires, enregistraient une diminution de 2,6 % pour un an, avec 351,52 milliards de patacas. Une situation unique depuis la fondation en 2002 de la Comptabilité annuelle du jeu.
Une morosité qui devrait perdurer quelques temps selon Jackson Wong, analyste au groupe Simsen International Financial. « En regard à la politique chinoise, nous n'espérons pas de probable modification des facteurs liés à la croissance », s'est-il exprimé à l'AFP.


Il a néanmoins précisé que les résultats demeuraient meilleurs que prévus, un mouvement en hausse a effectivement été constaté pour les titres des opérateurs côtés sur les places de Hong Kong. Toutefois, il estime que les casinos ont peut-être atteint le fond. Les bénéfices du jeu seraient en mesure dorénavant de se stabiliser sur le niveau actuel, voir « même s'améliorer », a t-il révélé à l'AFP.

Cependant, le grand balayage initié par le Président chinois Xi Jinping, parvenu au pouvoir en mars 2013 afin de moraliser une nomenklatura décadente et contenir le mécontentement social, pèse sur les habitudes de fréquentation des casinos par les VIP.
L'essoufflement économique de l'empire du Milieu justifie également le repli des établissements de jeu à Macao; ainsi le président chinois a jugé lors d'une visite fin 2014 sur le territoire, que celui-ci méritait de se diriger vers des moteurs de croissance différents.