Les étudiants Hexagonaux subissent le #coût de la vie. De plus en plus chère, la rentrée universitaire grèvera davantage le budget des étudiants. Cependant selon l'Union nationale Etudiants de France, aucune mesure sociale ne sera adoptée pour l'année 2015. Conclusion cette année les #étudiants devront compter sur un portefeuille moins garni, comparativement à 2014. En référence à une publication, ce vendredi, du premier syndicat Etudiants. L'ensemble de cette population est touchée, avec une hausse de 1,1 %, équivalent à quatre fois le taux d'#Inflation.

Il est déplorable selon l'Unef, qu'en faveur de l'austérité budgétaire, le soutien du pouvoir d'achat Etudiants soit démuni de #mesure.

Publicité
Publicité

Une #Rentrée 2015, sans aucun accord; première du quinquennat à en être dépourvue. Des aides financières qui ne sont pas assurées par les parents; un tiers des étudiants en sont privés. Néanmoins les bourses ne sont accessibles qu'à un quart d'entre eux. D'après le #syndicat, dès le commencement du quinquennat, une augmentation de 8,4 % du coût de la #Vie Etudiants a été enregistré.

A quoi correspond le coût Etudiants précisément ? En moyenne 800 euros mensuels, avec un logement attitré. Ce qui se rapproche à près de la moitié, soit 48 %, du revenu médian dans l'Hexagone. Les étudiants doivent trouver un emploi lorsque les #parents n'ont pas la possibilité de financer des études. Ce qui veut dire qu'au cours d'une année universitaire, 50 % des jeunes doivent exercer une activité rémunérée.

Publicité

Ce qui correspond en moyenne à 11 heures par semaine; un temps qu'ils ne pourront pas consacrer aux révisions, ou aux cours.

A Paris, même si les tarifs sont plus chères, la hausse y est davantage soutenue que sur le reste du territoire. En prenant en compte la mesure ALUR, d'accès au logement et Urbanisme rénové. Un encadrement des loyers qui s'applique dès le 1er août et qui procure déjà des résultats satisfaisants, par une stagnation des tarifs sur petites surfaces. En référence au syndicat. Des économies également sur les frais d'agence réglementés, pour l'emménagement d'un étudiant; en moyenne de 495 euros, pour cette année.

Au profit des Franciliens, l'abonnement imagin'R passera à un prix unique. Une économie de 128 euros annuels, pour le déplacement d'un étudiant de Paris à la banlieue (zone 1-3). Mais selon le rapport, pour l'autre partie de la France, ils sont désavantagés, car ils subissent les augmentations de loyers, parallèlement aux tarifs des transports. Face à cette précarisation qui touche les étudiants, le syndicat revendique un plan Action sociale, qui prend en compte l'élargissement du dispositif boursier, avec une revalorisation de 5 %. #Ecole #Finance