Simo R, chef d’entreprise camerounais et président de la Fédération panafricaine pour la souveraineté est formel. « Les APE viennent plomber le développement des PME camerounaises », s’insurge l’opérateur économique rencontré ce mercredi 07 octobre 2015 en marge de la plateforme d’échange sur la structuration et le financement des PME, une initiative de la Camerounaise des PME (C-PME), organisation patronale de défense et de promotion des Petites et moyennes entreprises. « On ne peut pas s’en sortir parce que vous ne pouvez pas produire quelque chose dans une brouette, quelqu’un d’autre produit dans un camion et vous dites que vous allez échanger. Vous allez faire comment ? Ce n’est pas possible.

Publicité
Publicité

» Ajoute l’entrepreneur, courroucé. Il n’est pas le seul à être habité par cette appréhension. Michel Nde, un autre homme d’affaire camerounais voit également la PME camerounaise grande perdante dans cet accord de libre échange avec l’Union européenne qui entre en vigueur dès le mois d’avril 2016, c'est-à-dire dans six mois.

Avantages

Président exécutif de la Camerounaise des PME, Anselme Kemva, lui, semble résigné. « Prêt ou pas prêt, la question ne se pose pas. Ceux qui ont eu mandat de nous accompagner à l’émergence en 2035 ont estimé qu’il fallait signer ces accords. Nous sommes déjà dans l’eau, nous devons nager. Ils ont mis des outils pour nous aider à renforcer notre compétitivité (Banque des PME, agence de promotion des PME… Ndlr). A nous de saisir ces outils et ses opportunités afin de nous structurer pour éviter la mort certaine et penser plutôt à la mort probable. » Conseille-t-il.

Publicité

Il appelle par ailleurs les patrons des PME camerounaises à mutualiser leurs compétences, connaissances et expertises pour faire face efficacement à l’entrée massive des produits européens sur le marché camerounais.

Un autre qui ne partage pas le trop grand pessimisme des entrepreneurs camerounais, c’est Mamert Aimé Mahob, conseiller financier et investissement. Pour cet ancien banquier, cette question des APE doit être traitée « sans démagogie, sans passion, sans populisme… » « Regardons les choses de manière objective, concrète et positive. Il y a les avantages et les inconvénients, sachons tirer profit à notre niveau et au niveau sous-régional de ces avantages et ces inconvénients », recommande-t-il non sans déplorer le laxisme, la lenteur et l’indolence des PME camerounaises qui n’ont rien fait pour se mettre à niveau depuis l’annonce des Accords de partenariat économique entre le #Cameroun et l’#Union Européenne, il y a maintenant plusieurs années.

Le Cameroun est le premier partenaire commercial de l’Union Européenne en Afrique Centrale.

Publicité

Le pays a ratifié l’APE et a notifié sa décision à l’Union européenne le 25 juillet 2014. 35% de ses importations proviennent de cet espace économique qui reçoit aussi 46% de ses exportations. Les principales exportations de l’UE vers le Cameroun sont les biens industriels, les véhicules, les produits chimiques, les médicaments. Les principales exportations du Cameroun vers l’UE sont les produits pétroliers, l’aluminium, le bois et les produits agricoles. #Emploi