L’économie européenne est en danger. Ce que vous allez découvrir est un problème ignoré du grand public, également des médias. Dans la communauté des économistes, le sujet a été maintes fois considéré, mais on s’en tient de ne rien divulguer. Pourquoi ? Pour des raisons politiques peut-être ! Mais surtout que, on ne partage jamais des problèmes qui sont à priori impossibles à résoudre. Qu'est-ce qui se trame ? Qu'est-ce qui menace l’économie européenne de tomber ?

 

 

L’avertissement de Lawrence Summers pour le cas des Etats-Unis

 

En Novembre 2013, lors de son discours au Forum du FMI, cette éminente personnalité énonce l’idée selon laquelle l’économie américaine sera prochainement victime d’une "stagnation séculaire", notamment à cause d’un déficit toujours grandissant de la demande globale.

Publicité
Publicité

Dans les années 1930, l’économiste Alvin Hansen prédisait déjà le phénomène. Selon lui, les grandes puissances tomberont inévitablement. Comme cause, aussi insolite que cela puisse l’être, leur faible taux de fécondité. Avec le taux de fécondité qu’elle connait en ce moment, d’entre tous, l’#Union Européenne est la plus concernée.

 

Le véritable problème qu’encourt l’économie européenne

 

D’abord, quelques notions d'économie. Le sujet relève de l’économie fondamentale, alors nous allons essayer de faire simple. L’économie connait deux volets : l'Offre et la Demande. On peut agréger la demande comme étant le besoin des ménages en produits de consommation. Et l’offre, la production disposée par les entreprises pour répondre à ce besoin précédemment cité. Si le niveau de la demande augmente, les entreprises seront eux aussi dans la possibilité d’augmenter leur production.

Publicité

Par contre si elle diminue, forcément la production devra, elle aussi, baisser au risque de produire des produits qui ne seront pas vendables. Cela fait maintenant quelques dizaines d’années que le taux de fécondité de l’Europe est à son plus bas niveau. À ce rythme, l’économie européenne risque de manquer de consommateurs d’ici 15 ou 20 ans. À titre d’information, l’indicateur conjoncturel de l’Espagne en 1980 est de 2.20 [2.20 enfants par femme en âge de procréer] et cela a diminué de 43 % 30 ans plus tard. La même situation s’observe dans tous les pays de l’Europe.

 

En quoi la situation est-elle critique ?

 

Nous vivons actuellement dans l’ère de la consommation de masse et notre société est conçue pour permettre une production de masse. Le signal sera une crise de surproduction qui va se répercuter telle une onde de choc dans toute l’Europe puis à travers le monde. Il s’en suivra chômage et faillite.

 

Une chute inévitable de l’économie européenne

 

Le problème n’a pas de solution.

Publicité

À part peut-être si la population décide de changer de mœurs et, d’un coup, augmenter le nombre d’enfants à naitre. Une idée qui, selon les sociologues, est peu probable, encore moins pour l’Europe. Les mœurs des gens sur la procréation sont non-modifiables.

 

Une transition vers la convergence des niveaux de richesse

 

La théorie de la convergence énonce la fin du règne de l’économie européenne, ou bien celle de l'Amérique. Elle dit qu’à force, tous les pays de ce monde accéderont au même niveau de développement. Cela sous-entend que les riches vont stagner, voire baisser. Alors qu’il n’est que question de temps pour les pauvres de se relever. Pour beaucoup d’économistes, la convergence va se faire et le facteur "niveau de fécondité" jouerait un rôle très important. Rappelons que le niveau de fécondité dans les pays en développement est encore très important.

  #Crise économique