C'était trop beau pour que ça dure ! A l'image du chômage, la croissance française a du mal à prolonger ses moments d'embellie. Le PIB avait pourtant progressé de 0,7 % au premier trimestre. Malheureusement, il a enregistré une stagnation au deuxième, selon les chiffres annoncé par le Ministère des finances ce vendredi 29 juillet. Bercy, par l'intermédiaire de Michel Sapin, a d'ailleurs qualifié ce résultat de "décevant". Les prévisions de l'Insee, qui avait tablé sur une progression de 0,3 % du PIB pour la période, se sont donc avérées incorrectes.

Un contexte social qui a pesé

Les grèves à répétition qui ont touché la France au cours des derniers mois expliquent ce résultat en demi-teinte.

Publicité
Publicité

Les blocages dans les raffineries ont eu un impact néfaste sur la production globale du pays. Les bons chiffres du premier trimestre constituent également une explication. La croissance a alors été exceptionnelle et un tel rythme était difficile à soutenir. Bercy explique cependant que "l'économie française reste sur une dynamique de reprise qui ne remet pas en cause la prévision de croissance de 1,5 % en 2016". 

Le gouvernement demeure confiant sur la croissance économique de la France

 Le communiqué du Ministère des finances insiste sur la "dynamique qui ressort également des enquêtes de conjoncture puisque la confiance des chefs d'entreprise comme des ménages se maintient à un niveau favorable, cohérent avec la reprise à l'oeuvre depuis plus d'un an". 

 Si on regarde les indicateurs économiques donnés par le site de l'Insee, on constate une diminution de 0,2 % de la production de biens et de services, liée effectivement à la chute de la production dans les raffineries.

Publicité

La consommation globale des ménages a quant à elle connu une croissance nulle, tandis que les dépenses d'investissement ont baissé de 0,4 %, après avoir progressé de 1,3 % au premier trimestre. Enfin, le commerce extérieur se porte plutôt bien avec un solde positif et une contribution favorable à l'évolution du PIB (+ 0,3 point). 

 La santé économique de l'Hexagone en 2016 risque donc d'être moins bonne que prévue. Les retombées du Brexit et des attentats vont certainement avoir des conséquences négatives. Et vous, restez-vous néanmoins optimistes sur l'économie française ? #Economie #France #Croissance économique