#Renault croit à la voiture électrique. Depuis de nombreuses années, il investit dans ce qui lui paraît être le futur de l’#Automobile. S’il y a encore quelques années, rien ne lui garantissait que la voiture électrique était effectivement la bonne voie du renouveau, depuis la commercialisation de sa gamme Zoe, le constructeur ne doute plus. “Pionnier du véhicule 100 % électrique, Renault en a déjà vendu plus de 100 000 exemplaires et est leader en Europe avec 27% du marché électrique particulier et utilitaire”, revendique le constructeur. En réalité, la part de marché reste confidentielle, 1% des ventes automobiles en 2015.

 

Systèmes de propulsion électriques avancés

Aujourd’hui de nombreux défis restent à relever pour les moteurs électriques comme l’autonomie, l’un des freins au développement de la voiture électrique. Beaucoup de chemin a déjà été parcouru dans la propulsion électrique, notamment prouvant une pollution moindre. Mais la ligne d’arrivée ne pointe pas encore. La course vient seulement de commencer. Alors pour rester en pôle position, le constructeur français a signé un partenariat de cinq ans avec l’Ecole centrale de Nantes afin de mettre en place une chaire doté d’un budget de 4,6 millions d’euros sur la période. “L’enjeu de cette Chaire sera de mettre en place des technologies avancées en contrôle des systèmes de propulsion afin d’explorer de nouvelles pistes d’optimisation sur la performance, la robustesse, la sécurité et les coûts des motorisations électriques et hybride”, explique Philippe Schulz, directeur de la conception des groupes motopropulseurs électriques et hybrides de Renault dans un communiqué de presse.

Le cahier des charges est clair pour Renault et l’Ecole centrale de Nantes: “une trentaine de chercheurs internationaux, professeurs, ingénieurs, doctorants, post-docs et masters associés aux équipes de Renault, travailleront principalement sur les trois thèmes scientifiques retenus : le contrôle robuste des moteurs électriques de traction, le contrôle et la gestion des systèmes de charge embarqués et l’optimisation du potentiel énergétique de systèmes de motorisation hybrides”.

 

Deux parcours de formation “Renault”

Pour accompagner les travaux de recherche, l’Ecole centrale de Nantes met en place deux nouvelles formations. D’un côté, une formation initiale dédiée dédié à l’énergie électrique, fondé sur la génération et gestion de l’énergie et son stockage. Elle cible les élèves ingénieurs de Centrale Nantes ou des masters internationaux. D’un autre côté, une formation continue spécifique aux techniques de contrôle et d’observation de l’énergie électrique. Elle sera suivie par les salariés du groupe Renault. #Nantes économie