C’est un feuilleton qui tenait en haleine le groupe d’armement français depuis un an et demi. L’#Inde a donné son accord pour l’achat de 36 avions #Rafale, 100% made in #France, pour un total de 7,87 milliards d’euros. C’est d’ailleurs le plus gros contrat à l’export signé par le groupe français. Si rien n’arrive d’ici la signature officielle le 23 septembre.

Publicité

 

Un contrat qui tombe à point nommé

Chez Dassault, on attendait avec impatience la signature de cet accord. En effet, l’entreprise est en difficulté.

Publicité

Grâce à ce contrat le constructeur français pourra atteindre le seuil des deux avions créés par mois, ce qui est indispensable à son fonctionnement. En effet, pour que les chaînes de production, l’entreprise française doit fournir 11 appareils par mois. Ce qui sera possible avec le contrat indien et qui était inespéré il y encore quelques temps.

De plus, pour Dassault, l’opération de communication est bonne. Après avoir réussi à obtenir des contrats avec le Qatar et l’Egypte en 2015, cet accord renforce la position du constructeur par rapport à ses concurrents. Bien que les premières négociations étaient pour un total de 110 appareils, personne ne fera la fine bouche chez Dassault qui avait désespérément besoin de commandes.

 

Une bonne nouvelle pour de très nombreuses entreprises françaises

Ce contrat avec l’Inde n’aura pas d’effet bénéfique uniquement sur l’entreprise Dassault.

Publicité

Pour la construction d’un Rafale, il faut savoir que 80% est réalisé par Dassault, mais aussi 22% par Thales et 18% par Safran. Mais surtout, 500 PME du secteur des technologies participent aussi à la construction. Ce sont autant d’entreprises qui verront leurs carnets de commande se remplir pour les quelques années à venir.

Enfin, cette nouvelle vente de Rafale permet d’affirmer la position d’excellence française dans le domaine. Après les problèmes qu'ont rencontrés la France dans la vente de ses hélicoptères Hapache, de nouveaux problèmes pour vendre les Rafales auraient sérieusement affecté l'image de l'armement du pays.