Altice, groupe détenant déjà la majorité du capital de SFR a annoncé ce lundi vouloir se procurer les 22,5% restant du capital de l'#Entreprise. L'OPE (Offre Publique d'Échange) a dors et déjà été acceptée par les conseils d'administration de #sfr Group et d'Altice. Encore soumise à l'approbation de l'AMF (Autorité des Marchés Financiers) et de l'Autorité néerlandaise des marchés financiers, l'offre devrait être effective au 20 Septembre.

 

Altice, le géant mondial

Altice, groupe de télécoms et de médias appartenant à Patrick Drahi (SFR, Libération, L'Express...) est aujourd'hui présent dans huit pays à travers le monde. Son chiffre d'affaire est estimé à 24 milliards d'euros en 2015 pour 50 millions de clients. Pourtant, le groupe est endetté à plus de 50 milliards d'euros, d'où les conditions de l'OPE qui se feront par échange d'actions : pas de mouvement en cash donc. La cotation parisienne du groupe disparaîtra au profit d'Amsterdam où Altice est cotée. L'annonce a tout de même permit à l'action de SFR de grimper de 5,87% ce lundi. Cette annonce est la suite logique d'une ligne stratégique tournée vers la convergence et les contenus, la détention de la majorité du capital de SFR rendra la structure capitalistique du groupe Altice plus simple et permettra une plus grande flexibilité de l'organisation.

 

SFR, une entreprise perfectible

L'entreprise a en effet enregistré une baisse de son chiffre d'affaire de 4,3% au deuxième semestre (soit 43 millions d'euros), une nouvelle stratégie axée sur la relation client, l'accès, les contenus et la monétisation des audiences a récemment été mise en place comme le soulignait Michel Combes, PDG de SFR, sur France Inter lundi. Bouquet télévision largement étoffé avec l'achat de la Premiere League, le lancement d'un studio de cinéma et de séries et la simplification du parcours client font partie des nouveautés visant à concurrencer les autres acteurs du marché. Malgré toutes ces innovations SFR a annoncé en Juillet la suppression de 5000 postes en France (soit un tiers de l'effectif total de l'entreprise). Mardi les deux syndicats (minoritaires) CGT et CFE-CGC organisaient une journée de grève pour protester contre ce plan de départs volontaires. #télécommunications