Nous aimons de plus en plus nos smartphones et nos montres connectées ; mais ce qui est vrai également, c'est que de plus en plus de scientifiques nous mettent en garde sur les dangers de l'intelligence artificielle quand elle est mal utilisée. Aujourd'hui, une série d'attaques issues de différents hackers mettent en lumière cette problématique : nos comptes bancaires sont-ils vraiment en sécurité à l'heure où nos propres financiers se font piéger par de simples pirates particuliers ?

15/06/2017 - La banque Goldman Sachs & Morgan Stanley vient d'être victime du piratage de courriels personnels de la part d'un hacker anglais issu de la ville de Manchester. Ce pirate a déjà piégé dans le passé Michael Corbat, président de Citigroup, société financière newyorkaise représentant la plus grande organisation de services financiers du monde.

Publicité
Publicité

Comment s'y est-il pris ? En se faisant tout simplement passer pour un proche des gérants de Goldman Sachs & Morgan Stanley. Ces derniers pensaient discuter avec Alistair Darling, ancien ministre des Finances de Grande-Bretagne, sans savoir que son adresse email avait été piratée. Le hacker a réussi à utiliser l'adresse email alistair.darling@outlook.com pour converser au sujet des risques financiers actuels. D'après son petit rapport, lors de cet entretien rien ne l'aurait empêché de demander des informations ou des documents supplémentaires relatifs à nos comptes bancaires.

Des cyber-attaques de plus en plus fréquentes

Le banquier de Goldman Sachs a commenté le piège dont lequel il est tombé en affirmant : "La technologie joue un rôle important pour garantir notre habilité à interagir en toute sécurité avec nos clients, mais le discernement est la qualité la plus importante pour s'assurer que nous respectons les hauts standards que nous nous imposons." De multiples attaques informatiques ciblent les banques du monde entier, et ce de plus en plus fréquemment, malgré les milliards d'euros investis dans des protections numériques et autres antivirus.

Publicité

Les #cyber-attaques semblent ne jamais avoir de fin. En 2014, la banque JpMorgan Chase s'était vue dérober quatre-vingt-trois millions de comptes clients en une seule fois !

La technologie de plus en plus vulnérable

Le pirate du jour désirait seulement montrer qu'il est facile de soutirer des données confidentielles, sans aller plus loin ; mais qu'en est-il des multitudes d'autres failles découvertes chaque jour aussi bien chez les petites que les moyennes entreprises ? Les grandes structures comme les grandes banques financières mettent leurs serveurs à jour et investissent des fonds en faveur de leur sécurité. Mais les start-ups et PME paraissent plus vulnérables. La technologie, en étendant son influence dans notre société, fait courir un risque de plus en plus grand à notre sécurité. Dernière trouvaille en date de la part d'Amazon : des enceintes connectées domotiques, appelées Amazon Echo, qui enregistrent notre voix, reçoivent nos ordres vocaux et obéissent à notre volonté. Elles peuvent lire les dernières brèves ou encore commander un achat à notre place.

Publicité

Certains hackers affirment qu'il ne s'agit qu'une question de temps avant que ce genre d'appareil connecté soit piraté ; ils ajoutent qu'à l'aide de la voix des clients, ils pourraient accéder à leur banque en leur envoyant des ordres vocaux et en interragissant avec leurs comptes bancaires.

La robotique, la domotique : des avancées, certes, mais comment préserver notre identité ? #Banque Centrale