Les abeilles sont en danger de mort, car en plus de tous les prédateurs habituels et rémanents, elles doivent subir maintenant les méfaits de celui qui devrait être leur meilleur amis: l'Homme.
Si beaucoup de gens aiment manger du miel ou utiliser de la vraie cire d'abeille pour leur intérieur, ce n'est pas sur cette production que les abeilles sont le plus utiles à l'homme et à l'humanité.

Le rôle moins commercial ou du moins auquel on pense moins, c'est leur rôle pollinisateur! En effet, si point d'abeilles, ou d'insectes sauvages pollinisateurs, peu ou pas de fruits sur nos tables, et quantité de végétaux et d'arbres ne se reproduiront plus faute d'agents véhiculant le pollen.

Déjà depuis de nombreuses années, les apiculteurs se battent, ainsi que les associations de défense, pour faire interdire certains pesticides utilisés en trop grande quantité par l'agriculture moderne. Il y a eu des progrès de fait, les quantités autorisées à l'hectare sont en diminution constante et tout comme les produits retirés du marché. Mais parallèlement à cela, l'industrie chimique ne reste pas les bras croisés: de nouveaux produits sont mis sur le marché aussi, souvent plus dangereux que ceux retirés... Il y a trop d'argent à gagner et le lobby est très puissant, ce qui donne des autorisations de mise sur le marché rapides, des enquêtes bâclées, ou d'impartialité sujette à caution, voir omissions de certain recherches. 


La majorité des pesticides actuels utilisent des néonicotinoïdes. Une dizaine de molécules existent, dont trois sont interdites d'utilisation actuellement jusqu'en 2015. Mais seulement sur certaines cultures.
Les néonicotinoïdes sont utilisés dans la confection d'insecticides puissants, les plus utilisés au monde et en augmentation constante.
Cette substance s'attaque au système nerveux central des insectes et est d'une haute toxicité, systémique (contamination globale), de longue persistance (contamination longue des terrains).

Il décime les essaims d'abeilles, certaines mourant rapidement et d'autres lentement suivant les doses ingérées. Il peut détruire le système de localisation, l'abeille ne retrouvant plus sa ruche et meurt d'épuisement. Il détruit ou rend impuissant les mâles, donc mauvaise fécondation de la reine et diminution des naissances.

Des experts mettent en garde contre les nombreux effets secondaires trouvés lors d'étude, notamment des espèces non ciblées qui sont atteintes comme les oiseaux, les vers de terre, la pollution des sols, des plantes, de l'eau, de milieu aquatique, des pollinisateurs sauvages.
Une étude sur des rats ferait même apparaitre la potentialité de dangers pour l'homme...

Pour couronner le tout, selon des études, dans la grande majorité des cas l'usage prophylactique de ces produits est non justifiée...
Il y a donc urgence à faire forte pression sur les Eurodéputés pour que les interdictions en cours ne soient pas levés et au contraire que la liste soient augmentée et étendue à plus de cultures.

Il est évident que plus de voix s'élèveront afin de faire pression sur nos politiques et instances communautaires mieux cela sera...

Il serait enfin temps que l'homme arrête de scier la branche sur laquelle il est assis!
#Animaux #Monde rural