L'Uruguay a décidé de garder son énergie propre. Un programme destiné à parvenir à la souveraineté énergétique par le biais de sources renouvelables avait été lancé en 2008 dans ce pays habité par 3,3 millions de personnes. En 2015, ils affirment que mission est accomplie.

À l'époque, le pays produisait 50% de sa consommation énergétique grâce à des sources d'énergie renouvelables. En 2015, le programme est sur le point d'arriver à ses fins avec un pourcentage de 90%. Même si plusieurs détracteurs de l'énergie éolienne étaient sceptiques.

Cette hausse est liée à l'exploitation de l'énergie éolienne. Il existe en ce moment une vingtaine de parcs éoliens, et douze sont en construction dans le pays. D'ici la fin de l'année, l'Uruguay possèdera 30% de son électricité de sources éoliennes. Ce pourcentage dépasse le Danemark, l'Espagne ou l'Allemagne.

Le directeur national de l'Énergie affirmait que son pays « allait très souvent avoir des moments où jusqu'à 100% de l'électricité consommée sera produite par une source éolienne. »

Le pays dont l'économie repose principalement sur l'élevage bovins a trouvé une manière d'exploiter son territoire sans avoir de conséquences sur les pâturages. Les éoliennes de 80 mètres de haut fonctionnent et, au pied de celles-ci, se trouvent les animaux d'élevage profitant des grands espaces comme il est possible de le voir dans le parc R del Sur à 200 km de la capitale Montevideo.

En prenant la décision de consacrer 3% de son produit intérieur brut (PIB) aux sources d'énergies renouvelables, l'Uruguay a réussi à démontrer à la face du monde qu'il est possible de laisser de côté les sources polluantes telles que le charbon ou le pétrole avec un effort collectif. En sept ans, le virage vert de l'Uruguay est un exemple à suivre. Le Mexique, le Chili et le Brésil suivent également cette voie qui permet de diminuer l'empreinte humaine sur l'environnement.

De son côté, la France est le cinquième producteur d'énergie éolienne en Europe après l'Allemagne, l'Espagne, l'Angleterre et l'Italie.