La quantité de rhinocéros tués sur le territoire sud-africain a continué de grimper de manière vertigineuse en 2014. La ministre de l'Environnement de l'Afrique du Sud, Edna Molewa, affirmait jeudi dernier que "plus de 1215 bêtes avaient été tuées sans permis l'année dernière". Le braconnage du rhinocéros est une activité qui a connu une hausse exponentielle depuis 2007.

Principalement chassé pour sa corne, l'animal voit sa population en baisse significative. De 13 cas de braconnage en 2007, à 333 en 2010, â 1003 en 2013, cette activité illégale semble offrir aux populations de l'Afrique du Sud une nouvelle source de revenus au détriment de la vie animale. Et les chiffres réels seraient encore pire selon plusieurs analystes puisque de nombreuses carcasses ne seraient pas retrouvées.

En effet, la corne du rhinocéros est vendue à très haut prix en Asie et plus particulièrement au Vietnam. La raison: la kératine. La défense de l'animal est faite de la même chose qui compose les ongles humains. Cette matière est très utilisée dans les médecines traditionnelles. Selon la ministre, "le commerce illégal de la faune représente plus d'un milliard de dollars dans le monde".

Il y a environ 20.000 rhinocéros en Afrique du Sud. C'est environ 80% de la population mondiale pour cette race. À ce rythme, dans moins de 20 ans, le mammifère fera face à l'extinction. En novembre dernier, la directrice de l'ONG Save the Rhinos, avait lancé un signal d'alarme en soulignant que le nombre de bêtes tuées était supérieur aux naissances.

La majorité vit dans le parc national Kruger dans le nord-est du pays. Bien que le gouvernement ait relocalisé certains pachydermes pour les protéger, ce n'est pas suffisant. En sept ans, nous sommes passés de 10 à 1200 cas. C'est 120 fois plus d'#Animaux exécutés pour une petite corne. Après avoir mis en danger les éléphants pour l'ivoire, peut-on apprendre de nos erreurs? Il est facile de mettre la faute sur le marché noir, mais les pays responsables doivent agir!