Le "Public Eye" est un prix remis annuellement aux entreprises pour dénoncer les pratiques irresponsables au niveau de l'environnement, de la violation des droits humains et de la corruption. Ils sont remis en marge du Forum économique mondial à Davos. En 2015, la campagne destinée à mettre en lumière les comportements malsains a décerné le prix à une entreprise pour l'ensemble de son œuvre. Le gagnant est Chevron. Le honteux récipiendaire a été dévoilé à l'hôtel Montana de Davos. Plusieurs intervenants ont débattu sur les responsabilités des entreprises envers leur environnement.

Une centaine de représentants de différentes ONG étaient réunis pour octroyer le prix de la honte. Plus de 60.000 personnes ont voté en ligne. Chevron, qui avait été récipiendaire du prix du Jury en 2006 pour avoir détruit des espaces importants de forêts vierges au nord de l'Équateur, a été un choix apparemment presque unanime des internautes. Dans leur communiqué, les fondateurs du Eye Public Award écrivent que "l'entreprise refuse d'assumer ses responsabilités pour l'une des pires catastrophes environnementales jamais survenues. Chevron continue de se soustraire à ses responsabilités".

L'impunité est au cœur du problème car pour les activistes environnementaux, la multinationale démontre que la sourde oreille aux victimes et l'aveuglement volontaire fonctionne pour ne pas devoir assumer les conséquences de ses actes.

L'entreprise américaine refuse toujours de s'acquitter de la condamnation à verser 9,5 milliards de dollars pour les dommages infligés à la population et à la forêt. L'organisme Amazon Watch aura la responsabilité d'aller remettre le prix aux dirigeants de Chevron en Californie.

Au cours des 15 dernières années, plusieurs entreprises de renom ont été touchées par cette campagne. GAP (2014), Shell (2013), Barclays (2012), la Banque royale du Canada (2010), Walt Disney Company (2006) ne sont que quelques-unes des corporations ayant été blâmées depuis la première édition en 2005.