Pour les Occidentaux, la viande mangée se limite principalement aux bovins et à la volaille. Pour les Asiatiques, il en est autrement. En effet, il est courant de voir des chiens ou des chats cuire sur les grilles au Vietnam. Et ce, même si officiellement, c'est interdit. Un conducteur de camion a été intercepté à la frontière chino-vietnamienne avec plus de trois tonnes de chats destinés à alimenter les restaurants de la métropole vietnamienne de Hanoï.

Connu localement comme le "petit tigre", le chat est une viande dont les Vietnamiens raffolent malgré l'interdiction officielle de la consommer. Le transporteur des petites bêtes a affirmé venir de la province frontalière de Quang Ninh en #Chine. Les milliers de chats étaient entassés dans le camion, jusqu'à plusieurs par cage.

Les autorités vietnamiennes ont un petit problème car la loi dans ce pays les force à détruire tous les produits issus de la contrebande. Peut-on tuer trois tonnes de félins ainsi? C'est de la cruauté animale.

Si vous marchez dans les rues de Hanoï, vous vous rendrez compte que les chats se font rares. Les propriétaires ont peur de les laisser sortir. Ils ont peur qu'ils soient capturés et ensuite tués pour être servis dans un restaurant de la ville. Cependant, bien qu'ils aient des dizaines de restaurant servant le félin, ils ont une clientèle principalement locale. Peu de restaurants proposent tel quel du chat dans leurs menus!

Ainsi, le manque de chats, ou de chiens, qui sont également populaires au Vietnam, fait en sorte que les trafiquants exploitent cette lacune. Ils les importent illégalement dans des conditions de cruauté animale à partir de pays limitrophes comme la Thaïlande, le Laos et la Chine.

Pour les agents douaniers vietnamiens, il n'est pas rare de voir des #Animaux surgir ici et là. Ils sont très prisés dans les médecines traditionnelles. Le tigre, le pandolin, les cornes de rhinocéros, sont des biens que les contrebandiers font entrer continuellement sur le territoire vietnamien.