François Hollande est donc arrivé aujourd'hui aux Philippines, en compagnie de Marion Cotillard et de nombreux ministres. Il a été accueilli par le président Benigno Aquino III. C'est la première visite d'un chef d'État Français, depuis l'établissement des relations diplomatiques après la Seconde Guerre mondiale en 1946. Elle répond à l'invitation faite par le chef d'État Philippin lors de sa visite en France en septembre dernier.  

#François Hollande, pour commencer sa visite officielle, a signé le livre d'or du palais Malacanan : "Ma présence aujourd'hui est une nouvelle preuve de la profonde amitié qui unit la France et les #Philippines. En lançant l'appel de Manille, nos deux pays marquent leur volonté d'agir pour la préservation de la planète" a-t-il écrit en Français sur le livre d'or, avant de rejoindre le président Benigno Aquino III pour s'entretenir avec lui des sujets d'actualités. Il a tenu à souligner la vocation touristique que pourraient avoir les Philippines avec la configuration spéciale de l'archipel. Mais sans oublier que la France aussi était un pays touristique, espérant voir, à l'avenir, plus de touristes Philippins dans l'hexagone. 

Au menu des discussions entre les deux présidents : l'extension des relations bilatérales, le partage du développement économique entre les deux pays, les problèmes de terrorisme et, évidemment, les incidences du climat, qui sont très visibles dans l'archipel. 
Le volet de la lutte anti terroriste sera sûrement important, tant les Philippines sont tous les jours confrontées à cela. Le groupe Abou Sayyaf ayant fait allégeance à Daesh. De violents combats ont encore eu lieu hier et aujourd'hui. Entre ce groupe et les forces gouvernementales, au sud du pays dans l'archipel des Sulu. 
Demain, François Hollande, poursuivra sa visite officielle accompagné de Marion Cotillard, l'actrice ambassadrice extraordinaire, de la cause climatique. Ils se rendront sur l'île de Guiuan. C'est là que le cyclone le plus puissant jamais enregistré, Yolanda, a touché terre, avec des vents de plus de 350 kilomètres par heure, propulsant une énorme vague, qui a tout ravagé. Quinze mois après, les stigmates sont encore bien visibles, en de nombreux endroits.

Les Philippines connaissent bien les caprices de la nature, trois semaines avant ce super typhon, ils avaient subi un violent tremblement de terre de force 6,8, qui a fait de gros dégâts, l'épicentre se situait sur l'île de Bohol.