Oiseau mythique, mentionné à plusieurs reprises dans la littérature, notamment par Victor Hugo dans La voix de Guernesey ou par Lauréamont dans les Chants de Maldoror, l'aigle à tête blanche ou pygargue, a été aperçu le mois dernier dans un îlot inhabité de Staten Island.

C'est un remorqueur qui a repéré et signalé l'arrivée d'un couple d'aigles à tête blanche sur l' île de Staten Island qui constitue l'un des cinq arrondissements de New York. La société nationale Audubon, dépêchée sur les lieux, a officialisé cette excellente nouvelle qui a ravi les habitants de New York car le pygargue n'est autre que l'emblème national des #Etats-Unis!

Cet oiseau de grande envergure avait pratiquement disparu dans les années 50 en raison de l'usage intensif du DTT qui réduisait considérablement l'épaisseur de la coquille des oeufs, entravant ainsi le principe de reproduction. Il ne restait plus à cette époque que 412 couples en dehors de l'Alaska...

Mais fort heureusement, l'interdiction du DTT en 1972 a fini par amorcer le retour des fameux aigles à tête blanche et à ce jour, la société Audubon compte 173 couples dans le seul état de New York! Et l'arrivée de ce couple au coeur même de la ville de New York y est perçu comme un signe encourageant et de très bon augure.

Cependant leur augmentation devrait à terme poser certains problèmes car les oiseaux se rapprochent des villes pour y chercher leur nourriture... Il suffit de songer qu'un nid de pygargue peut atteindre jusqu'à 4 mètres de profondeur, 2,50 mètres de diamètre et peser environ trois tonnes pour imaginer les conséquences d'une telle invasion!

Mais quand ces oiseaux royaux se déplacent, les ornithologues décrivent leur vol si impressionnant que l'on peut imaginer de gigantesques voiliers en partance, utilisant les courants thermiques et ascensionnels, pour offrir aux regards un spectacle tout à fait exceptionnel... C'est sans aucun doute pour leur majesté et leur puissance que ces aigles à tête blanche sont devenus l'emblème des Etats-Unis! #Animaux