Les trois nations ont lancé un appel contre le dérèglement climatique de l'Arctique mardi dernier lors d'une Conférence sur l'Arctique. Cette région démontre les effets monstrueux des changements climatiques. Le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a rappelé que « dans l'Arctique, le réchauffement est deux fois plus rapide qu'ailleurs sur la planète ».

Le représentant de la France a mentionné les divers dangers qui guettent ce secteur. « La décongélation du pergélisol provoque l'émission du méthane qui y est emprisonné. Si nous continuons à influencer les écosystèmes de cette région, une hausse rapide des températures pourrait se produire », explique-t-il. Un scénario qu'il qualifie de « catastrophique ». Pour constater la situation en personne, il ira dans l'archipel norvégien de Svangard et au Groenland dans les jours à venir.

Son homologue norvégien, Borge Brende, indique que « les changements qui se déroulent en ce moment dans l'Arctique incitent à l'action ». Il a cité en exemple la banquise de la mer de Barents où plus de 50% de la banquise a disparu au cours du dernier quart de siècle. Le prince Albert II de Monaco était présent et a indiqué que « les hommes sont les premiers responsables et les premières victimes de ces bouleversements ».

Les industries pétrolières et gazières devront respecter les normes

Pour Borge Brende, « tous les développements liés au pétrole et au gaz devront respecter les normes environnementales ». Ce n'est pas négociable. L'industrie pétrolière est la première industrie norvégienne. Il a ajouté que les entreprises auront l'obligation de « se conformer aux accords de la Cop 21 ».

Le Prince Albert a insisté que « dans certains cas il faut convaincre les pays et les entreprises que certains sites d'exploitation pétrolière potentiels devraient être laissés de côté pour le bien-être de l'humanité ».

Ainsi, les trois représentants semblaient sur la même longueur d'onde en vue de la Conférence sur les réchauffements climatiques qui se tiendra à Paris. Pour eux, l'Arctique est un indicateur fort que ce phénomène s'accélère en ce moment.