Dans le cadre de la rencontre au sommet des ministres de l'environnement provinciaux et territoriaux du Canada, des milliers de personnes sont appelées à prendre part à une marche pour passer un message sans équivoque aux politiciens. La priorité de la population est au développement durable et non à l'exploitation pétrolière au Canada. Plusieurs organismes ont communiqué leur désir d'y prendre part le 10 avril prochain à Québec.

Les politiciens se rencontreront afin de discuter des manières de diminuer les émissions des gaz à effet de serre mardi prochain. Le Canada fait piètre figure dans ce domaine en raison de l'exploitation des sables bitumineux. Les organisateurs veulent utiliser cette vitrine et espèrent que les dirigeants ne feront pas la sourde oreille et qu'ils ne joueront pas à l'autruche.

Le directeur général pour le Québec de la Fondation David Suzuki, Karel Mayrand, mentionne que le Canada tient un double discours en matière d'environnement. « Il est impossible d'allier la protection du climat et d'accepter une expansion de l'industrie des sables bitumineux », dit-il en insistant que ces concepts ne sont pas complémentaires.

Pour les écologistes, le Canada fait fausse route en voulant fonder son économie sur une seule ressource. Les sources renouvelables comme l'hydroélectricité et l'énergie éolienne ont beaucoup de potentiel. Le directeur de Nature Québec, Christian Simard, indique que « ces sources d'énergie ne sont pas assez exploitées dans certaines parties du pays ».

Pour les écologistes, cette rencontre doit porter sur l'effort globale. Les ministres de l'Environnement de chaque province ne peuvent se fixer des objectifs pour leur territoire seulement. « Ils doivent avoir une vision plus gobale. Autrement, c'est un coup d'épée dans l'eau », explique Karel Mayrand.

Le Canada, des visions différentes entre l'est et l'ouest

L'énigme canadienne est liée aux visions politiques des provinces. L'Ontario et le Québec sont des provinces plus libérales, moins conservatrices. L'emphase y est mis sur les énergies renouvelables. Le Québec est un meneur mondial en hydroélectricité. Mais, l'Ouest canadien est le royaume des hydrocarbures et les politiciens de cette région ne veulent pas délaisser ce trésor.

Ainsi, pour s'assurer d'avoir un effet, des militants de plusieurs provinces seront présents. Près de 80 autobus remplis d'activistes sont attendus samedi à Québec.