Les autorités sud-africaines sont impuissantes face au braconnage. Elles ne réussissent pas à protéger les rhinocéros qui vivent sur le territoire de l'#Afrique du Sud. Ces bêtes extrêmement populaires pour leur corne, qui possèdent des matières très utilisées en Chine dans les médecines traditionnelles, sont en décroissance exceptionnelle. Cette année, le ministère de l'Environnement a observé une hausse de 25% des braconnages sur les quatre premiers mois seulement. D'environ 300 carcasses en 2014, les autorités en ont enregistrés 393 pour le premier trimestre de 2015.

Ces chiffres ne sont la pointe de l'iceberg pour les organismes de défense des droits des #Animaux. Ils n'indiquent pas tous ceux qui ne sont pas retrouvés. La région la plus touchée est celle du parc national de Kruger près du Mozambique où 75% des carcasses sont trouvées. Le braconnage est si lucratif que malgré la présence des militaires et de leur intervention, le risque de se faire attraper ne dissuade pas les braconniers.

Plus de morts que de naissances

Maintenant, le problème du braconnage est sur le point d'atteindre la phase critique car plus de morts sont enregistrés que de naissances. Ainsi, la population d'un peu plus de 20.000 bêtes commencera à décroître au cours des prochaines années. L'Afrique du sud possède plus de 80% de la population mondiales de rhinocéros. Le pays doit agir et vite.

La corne de rhinocéros vaut extrêmement cher au Vietnam et en Chine où elle est vendue en grande partie. Composée du même matériel que les ongles humains, la corne est fait de kératine. De 2007 à 2014, le braconnage a explosé. De 13 bêtes en 2007, les braconniers sont responsables de la mort de 1215 animaux en 2015.

Les autorités sud-africaines ont isolé des troupeaux de rhinocéros afin de les protéger. La ministre de l'Environnement, Edna Molewa, a défendu les efforts de son pays malgré la présence continue des braconniers. Elle a admis que « les stratégies sont à travailler », mais la volonté de réussir est là selon elle. Il faut faire vite car en moins de sept ans, les chasseurs ont augmenté leurs massacre de 120 fois.