Depuis quelques mois une hystérie collective s’empare des habitants de l’île de la réunion. Attention, méfions-nous de ce comportement qui peut aller jusqu’à l’hallucination collective et amener à la création de religion comme le christianisme par exemple. Quelle est la cause de cette hystérie tropicale ? Une recrudescence des attaques mortelles des requins. Je précise bien « mortelles » car aucune étude statistique significative n’a pu prouver une augmentation du nombre global d’attaques de squales. Il s’agit alors bien d’un phénomène d’hystérie, c’est-à-dire une surréaction inappropriée et primaire en réponse à un phénomène localisé. Dieu qu’il est courant de constater ce comportement chez l’Homme qui a tant de mal à se servir de sa raison pour accéder à une vue d’ensemble des problèmes qu’il rencontre.

 En l’occurrence, on assiste bien sur l’ancienne île bourbon à une réaction disproportionnée : la chasse des requins. Celle-ci vient même d’être légalisée dans les eaux réunionnaises jusque dans la réserve marine. Pour peu qu’on attende encore et on se rapprochera de l’hallucination collective en diabolisant le requin demandant son extermination complète ! Il est donc important de remettre les évènements dans leur contexte et d’en appeler à la science pour raisonner cet ignare d’humain et interpréter correctement le récent phénomène psychogène aux causes multifactorielles.

 Premièrement, la topographie de l’île de la Réunion est en prendre en compte. En grande partie escarpée, elle oblige la population humaine et ses activités à se concentrer sur un espace restreint engendrant une dégradation de l’environnement naturel notamment par une activité touristique intensive ancrée depuis plusieurs décennies. Cette pollution humaine provoque une altération des écosystèmes de la côte engendrant une migration des espèces les plus sensibles aux nouvelles conditions de leur habitat, dont des espèces de requins de petite envergure peu dangereuses pour l’Homme. La conséquence immédiate de cette migration fut alors l’arrivée sur les côtes d’espèces plus résistantes comme les requins tigres, gollums et bouledogues, principaux spécimens impliqués dans les attaques de l’Homme, trouvant dans les eaux troublés par la pollution du rivage, un terrain de chasse propice.

 Deuxième facteur influant sur l’augmentation de la présence de requins sur la côte, et non des moindres : la surpêche. Conséquence d’une surpopulation humaine demandant toujours plus de ressources naturelles pour survivre, la pêche irréfléchie diminue fortement la population des petits poissons au large, nourriture naturelle des requins. Ces derniers se rabattent donc sur la côte pour se nourrir.

 Voici donc énumérer les deux principaux facteurs à l’origine de cette occupation massive des squales aux abords des côtes. Dans les deux cas, un seul responsable, l’Homme. Le même qui vocifère et s’agite en s’indignant de la mort de ses semblables. Ainsi en détruisant l’habitat de son désormais ennemi, il l’a poussé à empiéter sur son propre territoire, juste retour de bâton quand on sait que trois requins meurent chaque seconde sous sa main assassine. Il existe de plus une solution très simple, rester sur la Terre ferme, si l’Homme était fait pour vivre dans l’eau il aurait des nageoires. Après, pour ceux qui veulent quand même prendre le risque de se frotter à ses terreurs des mers, qu’il en soit ainsi, mais ne venez pas implorer par la suite notre pitié. Pourquoi plaindrait-on un individu qui se met volontairement en danger ?

http://fr.blastingnews.com/opinions/2015/08/retour-du-service-militaire-obligatoire-00504533.html

http://fr.blastingnews.com/societe/2015/07/meurt-qui-peut-la-mort-est-quelque-fois-un-art-de-vivre-00487285.html #Animaux #Ecologie