Singulièrement en Provence, à Carry le Rouet, petit port touristique baigné par la Méditerranée, riche de ses couleurs chaleureuses, du soleil généreux, du "bon vivre ambiant", de son accent chantant, de ses senteurs provençales et des joyeux tumultes de ses deux marchés hebdomadaires sur la place du village. Les causes, toujours les mêmes, sont bien connues.

 

L’insouciance ou la négligence de vacanciers de quelques semaines qui ne mesurent pas les conséquences d’un barbecue mal éteint, d’un mégot de #Cigarette jeté par la vitre d’une automobile. Qui méconnaissent la fragilité d’une flore asséchée propice à s’enflammer et à endurer la violence malveillante d’un mistral toujours disposé à attiser les premières flammèches. Les pyromanes d’un soir… Ceux là sont redoutables et méprisables… Tel Néron, tel Hitler, ils sont fous, paranoïaques et inconscients de leurs gestes insensés mais prémédités hélas… Comment organiser plusieurs départs de feux en toute synchronisation ?

 

Ceux là commentent des crimes contre l’Humanité. Ils détruisent sans vergogne flore et faune sur des centaines d’hectares de garrigues provençales et menacent nos maisons, notre sécurité et celle de nos enfants, mobilisent des pompiers (souvent volontaires). Respect pour leur dévouement sans limites. Messieurs les pyromanes d’un soir, vous ne méritez pas ce respect mais et puez la honte et la lâcheté. Vous êtes des résidus. Indésirables de notre noble, grande et belle république

 

Messieurs les pyromanes, je sais, moi aussi, allumer un briquet… Mais pour d’autres intentions !  Une allumette aussi pour ma prochaine cigarette ! Et pourquoi tout cela ? Par mégalomanie ? Par jouissance maladive ? Par désir malsain de vengeance ? Par nécessité d’assumer les frustrations d’une vie ratée ? Peu importe ! Un crime reste un crime… Ce sont des criminels tout simplement. De vils criminels. Le crime a un prix. Nous devons le facturer au prix fort (TVA comprise) et ils doivent payer "cash", ces pyromanes indésirables et malfaisants d’un soir d’été.

 

Alors, bientôt, Carry le Rouet, retrouvera les parfums et les cris des cigales de ses garrigues fécondes.

On y est… Les transhumances estivales sont au rendez-vous de l'été...

Turia Pitt piégée par les flammes #Marseille culture