En 10 ans, 15000 apiculteurs français ont cessé leur activité. 70% des colonies d'#abeilles ont disparu. Hier, exportatrice de miel, la France importe désormais son miel... Alors que se déroule à Clermont-Ferrand le 21ème Congrès National de l'#apiculture animé par Ségolène Royal, à l'opposé de propos de Stéphane Le Foll (pourtant tous deux au PS...), elle déclare qu'il faut "agir au niveau légal pour protéger les abeilles" ou encore "J'ai demandé à ce que les néonicotinoïdes soient aussi interdits au niveau européen. Je prends un décret qui donnera l’autorisation aux préfets d’aller détruire les frelons asiatiques". Pourtant rien ne change. Ils déclaraient que 7 pesticides étaient dangereux pour les abeilles et demandaient leur interdiction, dont trois sont déjà dans le collimateur de la Commission Européenne. La nocivité des produits agriculteurs sont nocifs. Les abeilles, dont la population décline, sont indispensables à la pollinisation ! Et ne parlons même pas de la biodiversité !

Un courrier de Francis Gruzelle au Président de la République

Voici un extrait de courrier que Francis Gruzelle, apiculteur, a adressé au Président de la République, le 28 Octobre :

"Dans une incompréhension générale, Stéphane Le Foll a tenté de faire passer auprès des parlementaires des mises sur le marché dérogatoires des insecticides "tueurs d'abeilles" à base de néonicotinoïdes, qui foudroient les abeilles en quelques secondes sur les fleurs de colza, de tournesol, sur le maïs. Aucune étude sur la santé humaine, pour les consommateurs qui utilisent les huiles ou le maïs, n'a été ordonnée par les services du Ministère de la Santé. Les parlementaires socialistes et quelques rescapés clairvoyants de la droite ne l'ont pas suivi ! L'interdiction a été votée, mais cette interdiction n'entrera en vigueur qu'en 2020. Entre temps, 500 000 à 1 millions de colonies d'abeilles auront été détruites, avec les drames professionnels et financiers que cela génère pour les apiculteurs professionnels Français. Pourriez-vous intervenir énergiquement, comme vous le faisiez en Corrèze, afin que les décisions d'interdictions, votées par les deux assemblées soient mises en oeuvre dès le printemps 2018 ?" #environnement