Il fallait oser se lancer dans l’application des projets d’environnement afin de nous garantir un niveau de vie meilleur. Car tout reste à être montré, il n’y a pas d’idées données intouchables. Dans ce but de protection des oiseaux, BirdLife vient de lancer un plan selon lequel une Aire Marine Protégée (AMP) peut être installée sous l’égide d’OSPAR, la convention pour la protection de l’environnement marine de l’Atlantique nord-est. En cas de matérialisation, il faut être souligné que cette zone serait la première à la hauteur de l’événement, considérée comme source principale de données par rapport aux oiseaux de mer et à l’importance d’un réseau global en faveur de la biodiversité. BirdLife International a travaillé avec des scientifiques dans la zone atlantique avec le soutien de NABU(Nature And Biodiversity Conservation Union, le partenaire de BirdLife en Allemagne). Leur objectif concernait la volonté d’aboutir à la spécification de l’Aire Marine Protégée (AMP), sous-titrée ‘‘Evlanov Seamount’’ et ‘‘Basin High Seas’’. Ainsi, c’est une question d’estime non seulement vers les oiseaux de mer mais surtout vers nous-mêmes et la planète.          

OSPAR, le mécanisme de 15 gouvernements et l’ Union Européenne

En ce qui concerne la protection de l’Aire Marine de l’Atlantique du Nord, OSPAR se constitue de 15 pays. Parmi eux, on trouve la France, l’Espagne, le Luxembourg, la #Belgique, l’Allemagne, le Danemark, le Portugal, l’Irlande, l’Islande, la Finlande, la Suisse, la Norvège, la Suède, les Pays-Bas et l’Angleterre. Bruna Campos, EU Marine et Fisheries Chargée Politique, retrace l’importance historique environnementale dans le présent et le futur proche. Ana Carneiro, Chargée Marine Technique de BirdLife International, estime aussi que plus de deux millions d’oiseaux de mer utilisent l’Aire chaque année. Parmi eux on rencontre même les oiseaux migratoires de longue distance, comme les sternes Arctiques et les macareux Atlantiques. En guise de conclusion, si on protège les oiseaux, on protège même la mégafaune de la planète, en maintenant la richesse naturelle de l’écosystème pélagique. Ni le bonheur ni la joie de vivre n’ont d’importance sans la conscience européenne des citoyens contemporains. L’appel des oiseaux aujourd’hui est très fort. Il faut le prendre au sérieux.    #Union Européenne #Animaux